Auteur : Pierre Bottero

Pages : 432

ISBN : 978-2-7002-3748-1

Nawel vit à Jurilan, le royaume des douze cités. Aspirante comme ses amis Philla et Ergaïl, elle va choisir la caste correspondant à ses aspirations profondes pour le reste de sa vie. Tout indique qu’elle entrera, selon le désir de ses parents, chez les prestigieuses Robes Mages… Quelle voie arpentera-t-elle ?

Note

Voici donc la nouveauté de Pierre Bottero, nouveauté que j’avais hâte de lire ! Les Âmes Croisées, publié à titre posthume, devait être un roman faisant le lien entre les trilogies précédentes et une nouvelle histoire qui devait sortir dans un futur plus ou moins lointain. Malheureusement, cette nouvelle trilogie ne sera jamais publiée puisque l’auteur nous a quitté en emportant le mystère avec lui. Malgré tout, je me devais de connaître cette histoire puisque Bottero est sans conteste l’un de mes auteurs favoris. J’ai donc savouré chaque page, chaque phrase, chaque mot du roman avec une lenteur délibéré.

Une fois encore, le personnage principal – ici une certaine Nawel – nous fait passer d’agréables moments d’évasions. L’auteur, comme toujours, écrit d’une façon où il est si facile de se laisser emporter. Les émotions, très présentes, sont très bien ressenties et l’intrigue est habilement menée. On s’attache donc à ce nouveau personnage avec une facilité sidérante, personnage qui n’est pas sans rappeler Ewilan ou Ellana.

Je suis forcé d’admettre que cette histoire, à l’instar des autres du même auteur, m’a fais passer par toute une gamme d’émotions. Comme à son habitude, Pierre Bottero nous fait connaître une histoire magnifique où l’exploration d’un nouveau monde nous est si facilement accessible et captivant. Bon nombre de créatures qui apparaissent dans cet univers riche ont déjà été rencontrées dans les autres romans, ce qui permet d’apprécier encore plus l’histoire. De plus, le choix des mots rend le récit simple et ce même lors de certains passages plus complexes.

C’est donc avec impatience que l’on tourne les pages pour connaître le chapitre suivant et ainsi avancer dans l’histoire. Une impatience que j’ai voulu retenir pour ne pas terminer trop vite ce roman. Les mots justes jumelés à un style d’écriture presque poétique ne font que confirmer le talent de Pierre Bottero.

Bien que pour certains il peut être décevant, voir même frustrant, de ne pas savoir comment le tout se termine, il n’en reste pas moins que la lecture de ce roman permet tout de même à ses lecteurs de compenser cette perte en les faisant vibrer d’émotions. Une émotion intense qui nous pousse à imaginer la fin par nous même. De mon côté, je ne suis pas resté sur ma faim, bien que je dois avouer que j’ai terminé ce livre avec une pointe de nostalgie…

Encore une fois, bravo !

20/07/2010

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *