CHARLIE ET LA CHOCOLATERIE
    .:: Roald Dahl





157 pages

ISBN :
...

Charlie est un petit garçon qui vit avec son papa et sa maman, mais aussi avec ses quatre grands-parents. Tout ce monde est entassé dans deux pièces seulement car la famille de Charlie est très pauvre. Lorsque son papa perd son travail, la situation devient dramatique, ils meurent presque de faim. Mais dans la ville où ils demeurent, il y a une mystérieuse chocolaterie : nul n'y entre ni n'en sort jamais. Son propriétaire, Mr Wonka, lance un grand concours : les cinq gagnants pourront visiter l'usine et gagner des sucreries pour toute leur vie. Mais les enfants mal élevés doivent se méfier : ils seront punis par où ils auront péché.
C'est à une merveilleuse exploration que nous convie Roald Dahl, à l'intérieur d'une usine fabuleuse qui recèle absolument tout ce dont n'importe quel gourmand peut rêver et aussi d'autres choses qu'il n'aurait pas osé imaginer : des machines qui fabriquent des bonbons inusables ou des chewing-gums-repas, des cascades de chocolat, des caramels qui font pousser les cheveux... Ce roman fantastique plein de saveurs est à déguster comme un bonbon. C'est en même temps un conte moral où les méchants sont punis et l'injustice réparée. Voilà une gourmandise dont on aurait tort de se priver !




Commentaire personnel :


Note : 4/5

C’est avec des images plein la tête des deux films tirés de ce roman que je me suis lancé dans la lecture de ce petit conte de Roald Dahl, récit plus que salué par la critique d’ailleurs. Je connaissais déjà l’histoire, donc pas surprise durant cette lecture. Et pourtant, le texte de l’auteur est tout simplement à couper le souffle. C’est écrit tout en douceur, mais avec un rythme assez rapide pour permettre d’accrocher instantanément le jeune lecteur… tout comme le plus vieux que je suis !

On y retrouve le petit Charlie qui…. Ah bon, vous connaissez déjà ? Je passe donc pour cette fois, mais sachez qu’on y retrouve un monde magique et incroyable à travers ces pages. Le personnage de Willy Wonka mérite à lui seul de lire le livre tellement il est impressionnant dans ses propos et ses agissements. Il est loufoque et excentrique à souhait.

Les décors décrits pour chacune des salles de l’usine sont aisément imaginables dans notre tête. Tout est si grand, tout est si coloré et imaginatif qu’il est impossible de ne pas vouloir s’y rendre, ne serait-ce que dans notre imagination. Qui plus est, plusieurs dessins parsèment le roman, donnant un coup de pouce supplémentaire pour se faire nos propres images dans la tête. Que du merveilleux !

Mais outre cet univers paradisiaque créé par l’auteur via son personnage de Willy Wonka, Roald Dahl dépeint une critique de la société assez marquée. La morale parle d’elle-même, chaque enfant démontre un vice important dans sa personnalité, ce qui les mèneront tous à vivre diverses aventures malchanceuses. Charlie, lui, est montré de façon évidente comme étant le bon et gentil garçon bien élevé dont l’éducation est exemplaire. L’auteur démontre clairement que l’argent n’est pas garant d’une bonne éducation et il le fait via les torts des parents qui ne savent pas élever leurs marmailles convenablement.

Ce petit conte est merveilleux à plusieurs égards. Il est magique de tourner les pages et de s’immerger si facilement dans le récit. Ce roman est un conte jeunesse, destiné à faire comprendre certaines choses de la vie aux plus jeunes. Et pourtant, la finesse du récit permet inévitablement de faire retomber le lecteur le plus âgé en mode enfant et ce instantanément.

Si je devais trouver absolument un reproche à faire à cette histoire, ce serait peut-être qu’il donne faim ! Et encore là, est-ce vraiment un reproche ? Les mots sont tellement bien choisis qu’ils donnent littéralement envie de tout dévorer le sucre qui se trouve dans le garde-manger !

Je découvre Roald Dahl avec Charlie et la chocolaterie, probablement son œuvre la plus populaire. Ce petit conte devient un classique instantané qui fait rêver efficacement tous lecteur qui s’y aventure !

14/10/2017

Partager


    Vos commentaires :