CHRISTINE
    .:: Stephen King
Du même auteur
    .:: Salem
    .:: Carrie
    .:: Simetierre
    .:: Le fléau
    .:: Cujo
    .:: Désolation
    .:: Dôme
    .:: L'accident: Dead Zone
    .:: Plein Gaz
    .:: Blaze
    .:: L'année du loup-garou
    .:: La ligne verte
    .:: La peau sur les os
    .:: Dolorès Claiborne
    .:: Misery
    .:: La Tour Sombre
    .:: Dreamcatcher
    .:: Jessie
    .:: Charlie
    .:: 22/11/63
    .:: Les Tommyknockers
    .:: Les Régulateurs
    .:: Shining
    .:: Docteur Sleep
    .:: Joyland
    .:: La ballade de la balle élastique
    .:: Ça






349 pages

ISBN :
2-7242-7838-0

Arnie Cunningham, 17 ans, rachète une superbe Plymouth modèle 1958 à un militaire en retraite, misanthrope et facho, qui meurt juste après la transaction. Il ignore que « Christine », la voiture, est un être vivant, un zombie de tôle hanté par le fantôme maléfique de son ex-propriétaire, succube qui a phagocyté le malheureux Arnie, devenu désormais son âme damnée. Dès lors, la voiture va accomplir de terribles massacres, de spectaculaires carambolages et foncer droit sur sa rivale, Leigh, la petite amie d’Arnie, l’autre femme…
Stephen King vous entraîne dans une infernale aventure où se combinent ses talents de romancier réaliste, de peintre minutieux du quotidien et son goût inépuisable pour un climat macabre qui n’oublie jamais d’avoir de l’humour – un humour très spécial et très neuf.



Commentaire personnel :


Note : 4/5

Stephen King possède tout un talent pour l’écriture. Et l’histoire de Christine, cette voiture hantée par son ancien propriétaire, est racontée de brillante façon. Rien d’étonnant de la part de cet auteur. La plume du King décrit très bien l’ambiance, les décors où se jouent des scènes souvent atroces et la psychologie des personnages qui composent ce roman… parfois à un point tel qu’il nous est facilement possible de voir les images dans notre tête aussi clairement que si nous regardions un film.

L’auteur fait preuve une fois de plus d’une habileté énorme pour tenir le lecteur en haleine jusqu’à la fin. Le récit raconte un suspense de qualité, débutant l’histoire de façon assez directe pour ensuite y insérer subtilement de l’horreur qui peu à peu effraie le lecteur tellement les descriptions sont complètes. L’écriture, fidèle au King, est d’une qualité incroyable et démontre une évidente maitrise du sujet de la part de l’auteur.

On se prend rapidement d’affection pour le timide Arnie – ce souffre-douleur dont tous les élèves de l’école se font une joie d’insulter ou de bousculer – ainsi que pour son ami de qui ont lit pratiquement tous les chapitres. Chapitres qui d’ailleurs ne permettent aucun point mort, les pages tournant à un rythme effrayant tant l’action et l’horreur est prenant et nous fascine à la fois.

L’angoisse que ressent le lecteur ne fait que monter au fil de la lecture et en terminant ce livre on ne peut que redemander des histoires du même genre, parce que c’est très bien écrit et c’est accrocheur. C’est du vieux King, de ces histoires qu’il écrivait dans son jeune temps, mais c’est du bon King !

11/09/2012

Partager





    Vos commentaires :