Auteur : David Bédard

Pages : 462

ISBN : 978-2-89803-146-5

Tome 1 : La disparition

Il existe, par-delà la Mer Blanche, un endroit si hostile qu’à lui seul, le froid qui y règne peut vous cristalliser en une nuit ; où chaque créature vivante, petite ou grande, vous prendra en chasse afin de se nourrir de votre dépouille ; où chaque habitant qui vous tend la main n’attend qu’un moment d’inattention de votre part pour vous foudroyer.

C’est cet endroit, précisément, qu’a choisi le Mal pour y faire son nid, s’enraciner profondément, et s’étendre jusqu’à l’horizon.

Note

Après avoir eu un coup de coeur pour le premier tome, je me doutais bien que le deuxième ne resterait pas bien longtemps à m’attendre avant que je m’y plonge. Comme de fait, je n’ai pas pu attendre plus d’une lecture avant de me lancer dans cette suite. Et c’est avec plaisir que je l’ai débuté, sachant d’avance que les retrouvailles avec ce monde de fantasy allait être un bon choix. Et je n’ai pas été déçu !

Ce deuxième tome démarre sur les même bases que le premier. Une enquête mènera nos héros sur les traces d’un des leur qui est porté disparu au nord, dans un endroit très hostile où chaque être y vivant est forcément un malotru, voir un meurtrier. Il faut être sur ses gardes constamment, toujours prêt à se défendre en cas d’attaque sournoise, toujours prêt au pire. Il ne m’a pas fallu longtemps avant d’être totalement immergé dans l’histoire. L’auteur use habilement de son talent pour permettre au lecteur de bien s’immiscer dans le récit. L’action est là, les batailles aussi. Un soupçon de magie et plusieurs raclées. Il y a vraiment de tout. Et cette fois, nos personnages devront passer par plusieurs périples avant de mener à bien leur enquête. Ils rencontreront un peuple de nains vivant dans une forteresse sous la montagne, tout comme il tomberont bien malgré eux sur un village elfique (Ô combien magnifique) au fin fond d’une forêt. C’est le classique quoi… Oui, peut-être. Mais c’est un classique revisité à la sauce de David Bédard. Et c’est pas banale, croyez-moi !

J’ai adoré retrouver les personnages de cette série. L’auteur tire son épingle du jeu en leur octroyant une connivence extraordinaire qui fait sentir le lecteur inclus dans le groupe presqu’immédiatement. On s’attache à eux durant le premier tome. Et le sentiment de retrouvailles en débutant le deuxième ne peut que rendre le lecteur joyeux. Le sens de l’humour dans leur répliques, tout comme leur façon de penser, ne peut pas laisser son lectorat indifférent. Bref, ils sont géniaux !

Le premier tome de Minerun m’avais beaucoup surpris. Et forcément, lorsque c’est le cas, j’ai souvent peur pour le roman qui va suivre. Peur que la surprise soit passée, peur d’être moins impressionner, peur d’être blasé… Et bien pas ici puisque ce deuxième tome est tout aussi impressionnant que le précédent. L’auteur fait preuve d’une imagination sans borne et il nous transmet ses idées de façon si aisée que le lecteur ne peut que s’immerger totalement dans le récit. Le style de David Bédard est particulier. Il a ce don de nous faire comprendre les « non-dits » avec une image bien précise dans notre tête. La façon dont il amène une scène à se jouer est formidable ! Les dialogues, les gestes des personnages, les actions de ceux-ci… tout est méticuleusement décrit sans être alourdi par de longues descriptions inutiles. C’est une plume fluide et d’une grande qualité. Et c’est une plume que je prendrai plaisir à retrouver !

Un autre gros merci à David Bédard pour ce roman ! J’ai trouvé avec cet auteur une plume qui me rejoint efficacement et un style incroyable aux idées impressionnantes. Pas de doute, c’est un auteur que je dois garder à l’oeil !

09/07/2019

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *