Auteur : David Wellington
Pages : 439
ISBN : 978-2-8112-0700-7

Selon les rapports officiels, tous les vampires sont morts. Un agent fédéral nommé Arkeley a trucidé le dernier dans les années 1980 à l’issue d’un combat qui a failli lui coûter la vie. Pourtant, lorsque Laura Caxton, de la police d’État, appelle des renforts en pleine nuit à la suite d’un contrôle de routine qui a mal tourné, le FBI décide de tirer Arkeley de sa retraite. Il est en effet le seul à savoir qu’un vampire a survécu: une femme, qui croupit dans un asile abandonné. Elle est conservée dans un état de faiblesse permanent, mais Arkeley la soupçonne de manigancer le retour en force des damnés. Lui aussi attend ce moment pour en finir une fois pour toutes. Et comme Caxton va vite s’en rendre compte, ils n’affrontent pas des créatures d’opérette, mais de véritables machines à tuer.

Note

J’ai connu David Wellington avec sa trilogie sur les zombies. J’avais alors été agréablement surpris par le premier tome et heureux de lire les autres romans par la suite. Voir cet auteur nous raconter ses idées sur le clan des vampires ne pouvait donc que m’intéresser et c’est via le défi « Pige m’en 3 » de la page Facebook Québec Livresque que j’ai choisi cette lecture. Une lecture qui a du mordant !

Ici, il n’est pas question de superbes vampires à la sauce Twilight… oh que non ! L’auteur nous dépeint plutôt de véritables monstres assoiffés de sang à la bouche rempli de centaines de dents acérées. Ils ne sont pas des séducteurs, loin s’en faut. Ils sont sans pitié, très résistants et surtout hideusement machiavéliques ! David Wellington ne s’est pas seulement contenté de tricher un peu sur le mythe du vampire, il a en fait tout remanié à sa façon pour nous donner du sanglant et du mordant sans arrêt. Et je suis forcé de constater que c’est efficace dans le genre.

L’écriture de l’auteur n’est pas sans faille mais mérite une note respectable. Il sait tenir son lectorat en haleine par ses idées, mais aussi et surtout par sa manière de nous décrire son texte. Des scènes remplies d’hémoglobines il y en a des masses, tout comme celles nous décrivant des corps mutilés et répugnants. Gore, noir et bien ficelé, cette histoire nous montre un tout nouveau genre de vampire… et c’est loin d’être rassurant !

L’histoire est originale, le rythme est (très) bon et les personnages sont juste assez bien travaillés pour rendre le roman intéressant du début à la fin. J’ai bien hâte de voir ce que le deuxième tome nous réserve !

11/07/2020

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *