Auteur : Stephen King

Pages : 376

ISBN : 2-7242-7843-7

John Smith, comme son nom l’indique, est un type banal. Jusqu’à ce qu’un accident de voiture le plonge dans un coma profond. Quand il revient enfin à lui, il est en apparence le même. Mais il a ramené quelque chose de la zone morte où il gisait pendant tant de mois ; un don de prémonition qui le mettra vite devant un terrible dilemme. Pour préserver le monde d’un mal inéluctable, devra-t-il tuer l’homme en passe de devenir le prochain président des États-Unis ?

Note

Stephen King fait partie des auteurs qui n’ont plus besoin d’être présentés. Au fil des années, son style littéraire s’est modifié, prenant de l’assurance sur certains côtés et ayant des idées nouvelles sur la façon de voir les choses. Dead Zone se retrouve en début de liste pour ce qui est des publications de cet auteur. Il était alors tout jeune à cette époque. Et j’aime bien le style qu’offrent ses premiers romans.

Sans surprise, j’ai bien apprécié ma lecture. C’est un bon livre avec une idée originale et bien peaufinée. Il met en scène des personnages qui sont encore une fois très bien étudiés et surtout très pertinents. Leur profondeurs, même pour les personnages secondaires, sont bien fouillés et certains, dont le personnage principal John Smith, sont torturés – autant de corps que d’esprit!

Des scènes de violence sont bien sûr présentes dans ce livre. Après tout c’est Stephen King. Toutefois, l’histoire est ici plus psychologique que fantastique. Le récit est raconté dans un contexte réel avec une touche très minime de fantastique. L’auteur se concentre beaucoup plus sur les sentiments humains que sur le côté « incroyable ». Les sentiments que ressentent les personnages, certes, mais aussi les sentiments que peut éprouver le lecteur. Et pour ça, le King fait preuve d’une force réelle!

Au final j’ai refermé ce livre avec une certaine mélancolie. L’histoire n’est pas des plus réjouissantes, mais elle m’a beaucoup touché. Le suspense est très bien mené et le rythme parfaitement maitrisé. Entre violence, pouvoir, ambition, – en plus d’utiliser la politique en trame de fond – Stephen King réussit encore une fois un mélange parfait d’intrigue qui mène à une fin qui peut sembler prévisible mais qui surprend malgré tout!
À découvrir !

03/10/2015

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *