Auteur : Terry Pratchett

Pages : 408

ISBN : 2-84172-138-8

Les Annales du Disque-monde, T15

« Engagez-vous dans un métier d’homme ! Le Guet municipal a besoin d’hommes ! »
Mais le Guet de nuit se retrouve à la tête d’une force comprenant le caporal Carotte (techniquement un nain), l’agent Bourrico (réellement un nain), l’agent Détritus (un troll), l’agent Angua (une femme… la plupart du temps) et le caporal Chicque (mis au ban de touche de l’humanité pour tacles dangereux).
Or le mal est à pied d’oeuvre, il y a du meurtre dans l’air et du vilain dans les rues.
Et il vaudrait mieux que l’affaire se règle avant midi, heure à laquelle le capitaine Vimaire prend officiellement sa retraite, rend sa plaque et se marie.
Comme il s’agit d’Ankh-Morpork, à midi pétant, ça promet de sentir drôlement mauvais.

Note

Ce quinzième tome de la série des Annales du Disque-Monde (re)met en scène les agents du Guet dans un récit à la fois compliqué – comme toujours! -, mais de façon parfaitement contrôlé par son auteur. J’ai eu un réellement plaisir à retrouver Carotte, ce gigantesque « nain » à l’esprit relativement simple. Je m’attendais à le retrouver tout aussi naïf et, sans grande surprise, il l’était. Seulement, l’auteur s’est clairement amusé à le faire évoluer en profondeur pour notre plus grand plaisir!

Ce tome-ci nous présente un polar incroyablement bien mené par l’auteur avec, bien sûr, le style unique de Pratchett… du burlesque pur et dur! On y retrouve quelques personnages que l’on connaissaient déjà, mais de nouvelles recrues font aussi leur apparition dans le Guet et ces nouveaux personnages sont tout simplement… parfait! Comme tout ce qui se passe sur le Disque-Monde d’ailleurs.

Les dialogues sont toujours d’une fluidité remarquable et rendent le récit tellement loufoque par moment qu’il est difficile de ne pas laisser échapper un petit rire en lisant certains passages. Des brides de bagarres et de bêtises de la part de certains personnages viennent se glisser admirablement entre les dialogues importants, permettant une image précise au lecteur dans sa tête, un peu à la manière d’un dessin animé loufoque. De façon très caricaturé, Pratchett réussi même à y inclure des thèmes importants tels le racisme et l’intégration des minorités ethniques.

Encore une fois, Terry Pratchett nous démontre qu’il est possible, même avec un quinzième tome, d’accrocher ses lecteurs et surtout de les garder pour longtemps! C’est toujours un plaisir de retrouver ce monde incroyablement riches et diversifié et j’ai déjà très hâte au prochain roman!

16/11/2015

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *