Auteur : Terry Pratchett

Pages : 348

ISBN : 2-84172-011-X

Les Annales du Disque-monde, T6

« Le vent hurlait. La foudre lardait le pays comme un assassin maladroit… La nuit était aussi noire que l’intimité d’un chat. Une de ces nuits, peut-être, où les dieux manipulent les hommes comme des pions sur l’échiquier du destin. Au cœur des éléments déchaînés luisait un feu, telle la folie dans l’œil d’une fouine. Il éclairait trois silhouettes voûtées. Tandis que bouillonnait le chaudron, une voix effrayante criailla : “Quand nous revoyons-nous, toutes les trois ?” Une autre voix plus naturelle, répondit : “Ben moi, j’peux mardi prochain.” »

Rois, nains, bandits, démons, héritiers du trône, bouffons, trolls, usurpateurs, fantômes, histrions et tables tournantes : rien ne vous est épargné. Shakespeare n’en aurait pas rêvé tant. Ou peut-être si ? Avec, en exclusivité, le ravitaillement en vol d’un balai de sorcière.

Note

Le Royaume de Lancre, petit pays dont la plupart des habitants du Disque-monde ignore jusqu’à son existence, est en déclin depuis la mort « accidentelle » du Roi Vérence. Selon la version officielle, il serait tombé dans les escaliers sur sa propre dague… Il revient donc au trio de sorcières de s’assurer que le fils du Roi survit afin de gouverner lorsqu’il sera en âge de le faire.

Elles sont donc trois. Trois sorcières qui ne sont pas réellement des sœurs, mais qui agissent ainsi – comme le démontre souvent leurs escarmouches. Il y a donc Mémé Ciredutemps, que nous avons connu dans La huitième fille, Nounou Ogg, dont nous avons de la difficulté à compter le nombre d’enfant, et Magrat Goussedaille, jeune sorcière en devenir qui ne cesse de surprendre tout de même par son côté « sortilège de bouquins » très développé. C’est donc un trio attachant dont leur côté parfois naïf, voir même stupide par moment, est toujours intéressant et souvent hilarant.Au fil de leurs aventures, elles devront travailler dur pour arriver à leur fin. Un détour par la cité Ankh-Morpork, la rencontre d’une troupe de théâtre, le ravitaillement d’un balai en plein vol (oui-oui )… tout y est pour permettre au lecteur de bien apprécier l’histoire loufoque mais pourtant si attachante de l’univers du Disque-monde.Comme toujours, Terry Pratchett surprend par son imagination fertile qui semble sans limite. Nombreux rires garantis durant cette lecture comme toujours !

14/08/2010

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *