Auteur : Stephen King

Pages : 324

ISBN : 2-7242-7983-2

Terrifiantes, bouleversantes, sans remords, les confessions d’une vieille dame très indigne.
À Little Tall, on attend toujours de savoir ce qui s’est passé le 20 juillet 1963, jour de l’éclipse et de la mort de Joe, le mari de Dolores. Mais aujourd’hui, la police s’intéresse surtout aux circonstances du décès de Vera Donovan, dont Dolores fut la dame de compagnie pendant des décennies…

Note

Stephen King a un grand penchant pour les histoires fantastiques et il possède très certainement un très grand talent pour décrire la psychologie de ses personnages. Avec Dolores Claiborne, il laisse toutefois le côté fantastique pour se tourner vers un récit réaliste et profondément touchant.

De la première à la dernière phrase, nous lisons le témoignage de cette femme qui raconte toute sa vie, expliquant la mort de son mari et celle de Vera, sa patronne. Aucun chapitre, seulement un témoignage sans aucune coupure, comme ce serait le cas lors d’une déposition faite à la police. Chaque mot de ce livre sort tout droit de la bouche de Dolores Claiborne ; ce sont ses propres mots, parfois cru, parfois sordides, mais souvent touchant. C’est une forme originale pour un roman, mais c’est une forme qui laisse une grande impression car le talent d’écriture de Stephen King est encore une fois très bien maitrisé.

Dolores Claiborne est un personnage très attachant à sa façon. Elle nous relate les moments les plus sombres de sa vie, tout en nous poussant bien malgré nous à développer une empathie certaine pour elle. Nous voulons clairement savoir ce qui s’est passé, nous voulons connaitre ses secrets les plus noirs… et de la façon dont elle raconte son histoire, nous ne pouvons nous empêcher de la croire et de comprendre ses actes.

C’est un livre brillant et dérangeant par sa simplicité. Et pourtant c’est une histoire qui ne peut laisser quiconque de marbre, car le King nous prouve encore une fois qu’il connait tous les rouages de la psychologie humaine. Nous ne pouvons nous empêcher de se poser la fameuse question : « Dolores Claiborne nous relate-t-elle toute la vérité et rien que la vérité ? »

Ce n’est pas une histoire d’horreur comme ce que Stephen King nous a fait connaitre avec ses nombreux autres romans. C’est simplement une histoire qui raconte l’horreur réelle qu’a vécue cette femme. C’est différent, mais l’auteur a le grand mérite de démontrer la même maitrise du texte qu’à son habitude !

02/01/2013

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *