Auteur : Graham Masterton

Pages : 368

ISBN : 2-7242-7417-2

Chargé de restaurer une vieille demeure victorienne, David Williams y est confronté à d’étranges phénomènes : bruits mystérieux, lueurs inexplicables et surtout la présence de Brown Jenkin, un rat d’une taille monstrueuse qui rôde dans le grenier. Il apprend bientôt que la maison était au siècle dernier un orphelinat, et que tous les enfants y sont morts en l’espace de deux semaines. Épidémie ? Ou bien les petits pensionnaires ont-ils été enlevés et tués au cours d’un rituel abominable ? Explorant le grenier, il découvre que celui-ci est en fait une porte sur le temps, qui permet de revenir en 1886, date à laquelle les Grands Anciens firent une première tentative pour reprendre le contrôle de notre planète. Une seconde offensive se prépare…

Note

Graham Masterton est un auteur bien reconnu dans le monde entier. Il est passé maître avec plusieurs de ses romans et malgré tout, voici le premier qui se retrouve entre mes mains. Il m’attend depuis bien longtemps sur sa tablette et c’est finalement en demandant sur ma page privé quelle devait être ma prochaine lecture que Apparition est ressorti du lot. Et, comment dire… Mon Dieu que j’aurais dû m’y lancer bien avant parce que j’y ai trouvé là un auteur que je dois certainement garder à l’œil !

Lorsque David Williams s’installe à Fortyfoot House, vieille demeure victorienne sur le bord de la plage, il est loin de se douter de ce qu’il l’attend. Il est là pour la restaurer… et pourtant, jamais il n’y arrivera ! Parce que Fortyfoot House n’est pas une habitation comme les autres… C’est donc l’histoire d’une maison hantée ; bruits étranges dans le grenier, grattements, lueurs inexpliquées… mais c’est surtout l’apparition de Brown Jenkin, une monstruosité à l’apparence mi-humaine et mi-rat qui fou la trouille dans ce roman. Et ce n’est pas peu dire ! Avec ses crocs débordants de sa gueule et ses longues griffes bien acérées, il a de quoi faire peur à n’importe qui. Et pourtant, ce n’est pas tant son apparence qui fait peur plus que son côté diabolique qui est poussé à l’extrême !

C’est la première fois que je lis un roman de Masterton et je dois dire que son écriture est formidable. Il ne fait pas dans la dentelle et ne se gêne surtout pas pour nous décrire avec moult détails morbides les scènes qui se déroulent sous nos yeux. Le texte est franc et fluide et il s’y dégage toujours quelques relents d’épouvante et d’horreur. L’auteur mélange les styles en y allant de l’horreur à la Science-Fiction, en passant par le fantastique et la magie. Il y va aussi de plusieurs références à Lovecraft et même un peu du King. De quoi m’accrocher assez facilement.

Une sombre histoire de maison hantée et d’horreur. Voilà peut-être ce qui décrirait le mieux ce roman. Effrayant, dégoutant, déstabilisant et très gore. De quoi donner des frissons, à plusieurs reprises et presqu’à chaque page. Le lecteur est happé presqu’immédiatement et il lui devient très difficile de reposer ce roman.

Gore et malsain… Une lecture qui laisse des traces, une lecture qui vous transporte ailleurs… et ce « ailleurs » n’est pas nécessairement de tout repos !

21/07/2020

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *