Auteur : Yvan Godbout

Pages : 253

ISBN : 978-2-89786-146-9

Une vieille Tsigane en communication avec des esprits, condamnée à une fin tragique pour avoir découvert la vérité au sujet de sa fille.
Une enfant retrouvée dans les bois, devenue plus tard une séductrice avide de vengeance.
Un groupe d’hommes aux moeurs vicieuses, semant l’horreur sur leur passage.
Un sergent de police acharné, tentant d’endiguer une série de meurtres barbares à caractère sexuel.
Un loup rôdant dans la nuit, à la recherche d’une proie délectable.

Note

Ouf ! Ce roman de Hansel et Gretel est terriblement brutal. Que dire de plus ? Ça arrache, ça grafigne… c’est brutal. Très Brutal. L’horreur se mélange avec l’horreur pour donner un récit le plus horrible possible. Et mon cœur de papa en a mangé un coup avec ce roman.

Je ne saurais l’expliquer clairement. Tout est dans le texte. Tout est dans la façon dont Yvan Godbout a mené le fil de l’histoire. C’est choquant, ça fait grincer des dents, ça arrache. Mais ça fait surtout mal au cœur. Le cauchemar de ce couple d’enfants jumeaux est difficile à suivre tant leur calvaire est horrible à vivre, impossible à imaginer.

Les thèmes abordés par l’auteur pour rendre ce conte « interdit » ne sont pas des plus facile à lire. Remplis de scènes dérangeantes au possible pour assurer le dégoût chez le lecteur, on passe de l’inceste au viol, de la pédophilie au meurtre où l’hémoglobine gicle en tous sens. Tout ça décrit de façon horriblement précise et glauque. C’est perturbant, c’est dérangeant, c’est brutal

Le style d’écriture qu’emploie l’auteur donne un rythme rapide au récit et pousse inévitablement le lecteur à vouloir connaître la suite malgré cette brutalité. C’est prenant et ça saisi dès les premières pages et inévitablement le lecteur s’attache aux personnages. Malgré les scènes horrifiques par lesquelles ils doivent passer, il nous est impossible de ne pas vouloir continuer la lecture. Ne serait-ce que par soutient pour eux… dans l’espoir que notre présence les aide à supporter un peu mieux leur descente en enfer.

L’auteur joue sur la peur et le dégoût pour faire ressentir des émotions à ses lecteurs. Et il réussit de façon surprenante. Tout au long du récit, il y avait une main glacée qui empoignait mon cœur. Les mots choisis par l’auteur faisaient en sorte que cette main de glace se refermait de plus en plus, ne relâchant jamais la pression, l’augmentant même par moment… Des larmes, mélange de haine et de frustration, m’ont envahi à certains moments. Faire autant de mal à des enfants, être témoin de ce mal par les pages du roman en ne pouvant rien faire d’autre que d’espérer les voir s’en sortir… c’est pour le moins déstabilisant. Au final, cette main de glace m’aura laissé quelques cicatrices sur mon cœur de papa tant l’écriture est cinglante.

Le mal existe. Pas de doute. Ce texte de Yvan Godbout le démontre assez facilement. Voilà ce que j’attends d’un roman d’horreur. Si vous aimez ce genre de frissons, si vous aimez ressentir toute sorte d’émotions en lisant un livre et si vous voulez de l’horreur, ben en v’là ! Mais gardez bien en tête que votre cœur doit être bien accroché et fort, car il finira très certainement écorché. Maintenant, seriez-vous prêt à tenter le coup ?

Bon, je vais aller faire des gros câlins à mes fils !

2 réponses
  1. lanfear
    lanfear dit :

    Un livre très dur et vraiment choquant par moments (même si l’on sait à quoi s’attendre) je n’ai pourtant pas lâché parce qu’il fallait que je sache comment ça se termine et je n’ai pas été déçue ! J’ai aussi beaucoup apprécié l’intervention de personnages issus d’autres contes, comme Alice ou la petite fille aux allumettes. Donc voilà une histoire passionnante et terrible que je ne suis pas prête d’oublier.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *