Auteur : Guy de Maupassant

Pages : 96

ISBN : 2-277-30001-2

Quel est cet être impalpable et mystérieuxm ce Horla tapi dans l’ombre, prêt à bondir pour posséder sa proie? On cherche à le saisir mais il s’échappe sans cesse ; on croit le dominer et c’est lui qui vous tient.
Alors peu à peu, inexorablement, nous plongeons dans les abîmes insondables de la folie : la mort, ultime pulsion, n’est-elle pas la seule issue ?…

Au contraire, c’est le désir de vie, ou plutôt le besoin d’argent, qui unit Lesable et Cora : faire un enfant pour toucher l’héritage, pas si simple que ça ?
Le Horla et L’héritage sont les fragments d’une même vision du monde où Maupassant mêle avec talent le récit tragique d’une démence et la satire d’un amour de pacotille.

Note

Le Horla est fort probablement la nouvelle la plus connue de Guy de Maupassant. Il est donc logique que je m’initie à cet auteur avec cette petite histoire. Pour être tout à fait franc, je ne m’attendais pas à beaucoup apprécier ce récit des années 1880. Voilà toutefois que je suis agréablement surpris !

Écrit à la façon d’un journal intime, l’auteur réussit très bien à faire parler son personnage avec un réalisme incroyable. Maupassant décrit si bien la folie que c’est à se demander si lui-même ne l’aurait pas vécu – réflexion d’autant plus plausible quand on sait que l’auteur a fait une tentative de suicide. On vient à se demander si tout ce qui est décrit est le fruit de l’imagination du narrateur qui tombe dans la folie ou s’il se passe réellement quelque chose de surnaturel et d’épouvantable. Et ce qui fait la force de cette nouvelle est sans contredit le fait que l’auteur laisse au lecteur le choix d’en décider.

L’héritage est une nouvelle tout aussi intéressante dans son ensemble queLe Horla l’est. Rien de fantastique dans ce récit, mais le texte – de par son réalisme – permet au lecteur d’apprécier à sa juste valeur ce classique de 1884. L’histoire semble présenter quelques longueurs au début pour finalement mettre les choses bien en place et diriger le lecteur dans le vif du sujet à grands coups de sous-entendus. Il est difficile de s’imaginer, nous-même dans ce genre de situation, d’imaginer ce qu’aurait été nos propres réactions et nos gestes face à cet héritage si ardemment attendu.

En bref, deux nouvelles écrites à une autre époque, mais dont le contenu est encore d’actualité de nos jours. L’écriture est de qualité et ça permet au lecteur d’en apprécier encore plus sa lecture !

09/10/2012

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *