Auteur : Ian Fleming

Pages : 215

ISBN : 2-265-01988-7

Scaramanga porta lentement la main à la ceinture et prit son revolver. La lumière du projecteur, qui éclairait la fille, fit briller l’or de l’arme. James Bond, qui tournait le dos à la piste, ramassa le revolver et le soupesa… La détonation fut assourdissante. La fille, qui se trouvait toujours sous le feu du projecteur, porta les mains au visage et glissa mollement sur la piste de danse…

Note

Ian Fleming a su faire connaître au monde entier son espion Britannique 007. Lorsqu’on pense à un agent secret, on pense inévitablement à James Bond. À prime abord, je ne suis pas un très grand fan de ce genre littéraire, mais je n’ai pas pu résister à l’envie de me procurer ce petit roman lorsque je l’ai vu à la brocante. Après tout, un roman signé Ian Fleming ne doit pas être ignoré. Or, j’ai appris que L’homme au pistolet d’or fut publié à titre posthume en 1965. Il s’agirait donc de l’une des dernières histoires mettant en scène le fameux agent secret.

J’ai trouvé la plume de l’auteur assez agréable à lire. Il n’y a aucun accroc en court de lecture et les mots choisis sont relativement simples mais efficaces. L’histoire se passe en Jamaïque alors que Bond traque l’un des pires meurtriers, un certain Scaramanga.

D’aucuns prétendent que ce dernier roman aura eu raison de Ian Fleming. Ça aura été la dernière mission de l’agent 007… Quoi qu’il en soit, je n’ai pas lu ses romans précédents et je ne peux donc pas m’appuyer sur le style littéraire de l’auteur pour savoir s’il a réellement terminé cette histoire.

Le roman en lui-même se lit très bien, mais j’aurais aimé en avoir un peu plus à me mettre sous la dent. Les chapitres sont relativement courts et pas nécessairement très approfondis. Malgré tout, j’ai eu quelques bons moments de plaisirs au tournant de certains passages.

Ce ne fut donc pas une lecture des plus passionnantes, mais j’ai assez apprécié ma lecture pour me procurer d’autres Ian Fleming si j’en trouve à bons prix.

19/02/2016

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *