Auteur : L.P. Sicard
Pages : 244
ISBN : 978-2-89819-018-6

Un roman dont vous êtes la victime

La série des Romans dont vous êtes la victime présente des choix narratifs déchirants au lecteur. Ici, pas besoin de calculs ni de notes; que des décisions à prendre, qui mèneront inévitablement à des péripéties et des fins différentes.

Vous comprendrez bien vite qu’il y a parfois des conséquences pires que la mort.

Sébastien Cournoyer, ministre des affaires étrangères et ancien avocat en droit criminel, est capturé avec sa fille à sa sortie du centre d’achat.

On lui bande les yeux, on l’emmène il ne sait où.

En recouvrant la vue, il remarque qu’il est attaché dans une pièce close.

Une caméra le fixe à sa droite.

Et devant, le canon d’une arme à feu pointe la tempe de sa fille.

Note

La série de Romans dont vous êtes la victime, est un collectif de plusieurs auteurs québécois qui offre au lecteur plusieurs choix narratifs qui mènent souvent à la mort du personnage principal. C’est donc le lecteur qui décide lui-même de l’histoire à suivre, pouvant ainsi relire le même roman plus d’une fois et ne jamais connaître la même fin. Essayé de ne pas mourir relève parfois du miracle !

L.P. Sicard est un auteur que j’ai connu via son roman Blanche-Neige de la collection des Contes interdits. Depuis, il m’est très difficile de ne pas sauter sur l’un de ses romans aussitôt que j’en ai l’occasion, parce que son style me parle littéralement. Son texte est toujours bien soigné et la fluidité est pratiquement exemplaire ! Et ici, ça ne fait pas exception…

Ce roman dont vous êtes la victime est comme une claque en plein visage. Ça commence rapidement et tout de suite mon cœur de parent en a mangé un coup. Sébastien Cournoyer, un ancien grand avocat, est kidnappé avec sa fille et amené dans un lieu secret pour y être torturé. Aucune rançon, aucun appel à sa famille ou à la police pour demander quelque chose. Seulement de la torture. De la terrible torture… Et lorsque les agresseurs commencent à s’en prendre à sa fille, alors rien ne va plus. Sébastien perd les pédales et fera tout en son pouvoir pour se libérer et sauver sa fille. Mais c’est à vous de choisir… et certains choix peuvent être pires que la mort. Choisissez judicieusement… sinon vous allez le regretter.

Une claque en plein visage que j’ai dit ? Oui. Certainement. Mais c’est aussi comme si l’auteur se tenait juste à côté du lecteur et qu’il avait la capacité de placer sa main directement autour de son cœur. Et ses doigts se resserrent ou se détendent selon nos choix… des choix déchirants par moment, mais des choix qu’il faut faire. Et à chaque nouveau chapitre, l’auteur prend clairement un malin plaisir à nous torturer mentalement en nous présentant des choix difficiles. Le lecteur s’enfonce en même temps que le personnage principal dans les méandres de l’horreur. Nous ne ressentons certainement pas les supplices que doit subir Sébastien, mais toujours les doigts de l’auteur se ressentent autour de notre cœur. Ça tire, ça pince, ça fait mal…

L’horreur se tient entre les murs et les couloirs où se retrouvent nos deux personnages. Sébastien va s’en rendre compte bien assez vite. Il n’y a pas de doute, le mal existe. Les scènes de tortures se succèdent et L.P. Sicard ne fait pas dans la dentelle. Du sang, il y en a, des cris aussi… et des membres mutilés et des parties de corps arrachées. De l’horreur, il y en a partout dans ce roman. Frissons, dégoût, espoir et hémoglobine. Et pourtant, c’est tellement plus que juste ça…

L.P. Sicard est un auteur troublant. Ses histoires sont souvent courtes, mais terriblement bien ficelées. Sa plume est magnifique et son imagination déborde d’idées terrifiantes. Il sait nous transmettre la peur et les frissons, et il sait surtout nous agripper fermement et ne jamais nous lâcher. Et lorsque vous sentez ses doigts glacés se refermer autour de votre poitrine, vous savez alors qu’il est déjà trop tard !

23/07/2020

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *