Auteur : Brian Aldiss

Pages : 328

ISBN : 978-2-07-035571-6

La Terre se meurt sous la menace du Soleil sur le point d’exploser. À sa surface s’étend une immense jungle peuplée de végétaux qui se sont peu à peu adaptés à cet environnement hostile. Les derniers descendants de l’espèce humaine tentent tant bien que mal d’échapper aux nombreux périls qui les entourent. Gren, un enfant-homme séparé de son clan, part à l’aventure et, en affrontant diverses espèces végétales, le plus souvent mortelles, découvrira certains des secrets de ce nouveau monde, intégralement vert.Classique de la science-fiction, Le Monde Vert nous entraîne dans un futur lointain, étrange et familier à la fois. Un roman couronné par le prix Hugo en 1962 mais qui, à l’heure des dérèglements climatiques annoncés, est toujours d’actualité, tout en réussissant à rester optimiste.

Note

La Terre. Mais plus rien n’est semblable à ce qu’on connaît aujourd’hui. Dans un futur très lointain où le soleil n’est plus qu’une énorme boule de feu qui menace d’exploser à tout moment et où la lune ne tourne même plus autour de la planète, nous suivons la vie de Gren, cet enfant-homme exclu de son clan, qui part à la découverte du monde. Seulement, le monde n’est maintenant plus qu’une vaste jungle où se cachent plusieurs créatures dangereuses. Bref, un endroit où l’on ne veut certes pas vivre !

Mais cet enfer végétal est toutefois riche dans la diversité de sa flore et c’est dans ce monde que les personnages évoluent et découvrent en même temps que nous ce qu’il est advenu de la Terre. Ces personnages sont toutefois très peu attachants – peut-être est-ce dû au fait que le véritable personnage principal est le Monde Vert… Ces humains, qui sont en fait de lointains descendants – minuscules et vivant en petites communautés – tentent tant bien que mal de survivre dans tout ce fouillis dont leur but principal est tout simplement de manger sans être mangé et ainsi passer au vert. En effet, leur intelligence a considérablement régressé…

Malgré tout, il est malheureux de constater, au final, que l’histoire tourne un peu en rond. On se lasse bien vite de ces petits pseudo-humains… Mais il nous reste à imaginer les paysages, ce qui est sommes toutes très bien, mais relativement peu pour permettre à tous de bien apprécier le récit à sa juste valeur.

Le Monde Vert est néanmoins un livre marquant à sa façon puisque même si nous ne vivrons jamais ces événements, il n’en reste pas moins que le tout reste plausible. Brian Aldiss, de par son écriture, nous permet de bien imaginer les paysages qu’il décrit et c’est avec une facilité déconcertante que nous nous immergeons totalement dans son monde.

C’est donc une lecture qui n’est certes pas simple et plaisante mais qui, malgré tout, mérite une place dans la bibliothèque d’un amateur de science-fiction.

09/11/2010

1 réponse
  1. Dominic
    Dominic dit :

    Je ne sais pas si c’est moi, mais j’ai eu énormément de difficulté à comprendre l’histoire… J’ai passé proche plusieurs fois de fermé à tout jamais ce livre. L’histoire en soit n’est pas mauvaise, mais de la façon dont elle est écrite, je l’ai trouvé compliquer à saisir. J’ai terminé ce livre et il restera fermé à tout jamais ramassant la poussière dans ma bibliothèque…

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *