Auteur : Fredric Brown

Pages : 216

ISBN : 978-2-07-041562-5

Enfermé dans une cabane en plein désert, Luke Devereaux, auteur de science-fiction en mal d’invention, invoque désespérément sa muse – de toute évidence retenue ailleurs – quand soudain… on frappe à la porte. Et un petit homme vert, goguenard, apostrophe Luke d’un désinvolte « Salut Toto ! ».Un milliard de Martiens, hâbleurs exaspérants, mal embauchés, d’une familiarité répugnante, révélant tous les secrets, clamant partout la vérité, viennent d’envahir la Terre. Mais comment s’en débarrasser ?

Note

Il existe plusieurs récits traitant d’extra-terrestres, de Martiens qui envahissent la Terre dans le but d’anéantir l’humanité à l’aide de rayons ardents et de vaisseaux à la fine pointe de la technologie. On peut penser, entre autre, à La guerre des Mondes de H.G. Wells. Mais voilà que Fredric Brown innove en inventant tout simplement de petits bonhommes verts qui débarquent sur notre planète dans le but, non pas de nous tuer, mais plutôt de nous embêter. Et croyez-moi, ils y arrivent très bien !

Écrit tout en humour, Martiens, go home ! offre une histoire rafraîchissante qui nous permet de passer un agréable moment de détente et de fous rires tout au long de notre lecture. Ces petits hommes verts, arrogants, malfaisants et effrontés, ne font que dire la vérité et mettent leur nez partout… que ce soit chez le président des États-Unis ou du côté d’un simple employé de restaurant. Il est donc impossible de prétendre que, parce que vous êtes une personne importante sur la Terre, ces Martiens ne vous toucheront pas. C’est donc le désespoir partout… sauf chez les Martiens qui, eux, s’amusent comme jamais !

Malgré le fait que cette histoire ait été écrite il y a plus de 50 ans, le récit n’a pas prit une ride. C’est donc un roman qui trouve sa place dans la bibliothèque d’un amateur de science-fiction puisque cette idée originale, jumelé à un texte qui est à la fois simple et très divertissant, nous donne un moment de légèreté et d’humour marquant, même une fois la lecture terminée.

Seul petit bémol, la fin arrive un peu trop vite et sans trop d’explications, ce qui peut déranger quelque peu le lecteur. Néanmoins, le récit est sympathique et bourré d’humour, ce qui sauve la mise haut la main. Bravo !

11/12/2010

2 réponses
  1. Kaboume
    Kaboume dit :

    Un petit roman bien agréable à parcourir. J’ai bien ri lors de ma lecture et trouvé agréable de parcourir le cheminement de ses petits hommes vert venu sur Terre pour nous narguer!
    Mon premier roman sur les extraterrestres. Sans prise de tête, Maritens, go home! est une histoire qui se lit assez facilement, rigolote, charmante, bien pensée et succulente pour l’imagination. Personne ne s’en sort, que l’on soit haut placé ou même sourd. Tant que tu possèdes l’ouïe ou la vue, tu n’en échappes pas.
    Je suis bien heureux d’avoir découvert cette belle petite histoire. Elle m’a permis de décrocher de mon quotidien et de passer un agréable moment dans mon imagination.

    Répondre
  2. Gray Fox
    Gray Fox dit :

    C’est une lecture divertissante. L’idée est intéressante et l’histoire est intelligente. Par contre, j’ai trouvé des longueurs inutiles dans ce livre, notamment lorsqu’on y décrit une situation avec un paragraphe complet de synonyme… On a hâte de savoir la fin parce qu’on ne peut imaginer comment l’histoire peut finir. Et quand on arrive à la fin, et bien on se demande encore quand la fin va arriver ! Trop facile comme fin, je perçois même un manque d’enthousiasme de l’écrivain pour trouver la fin, il n’y en a pas, du moins elle est excessivement décevante.
    Le livre commence de façon intéressante jusqu’à ce que le mot « imagination » entre en jeu dans l’histoire. Bref, vous pouvez le lire si vous n’avez rien d’autre sous la main.
    Pour conclure, je suis fier de moi, j’ai quand même lu ce livre jusqu’à la fin !

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *