Auteur : Mehdi Marion

Pages : 330

ISBN : 9782955945834

Tome 2 : L’oeil du cyclone

Monté clandestinement à bord du Cygne noir en partance de l’île aux Serpents, Ardian Vulpea est bien décidé à mettre la main sur la carte au trésor du terrible capitaine Razvan.

Les particularités extraordinaires des enfants, la science des arts martiaux et l’amitié s’avèrent une nouvelle fois bien utiles au jeune garçon qui, aidé de ses amis, va devoir mener l’enquête sur le navire sans être découverts par l‘équipage.

À mille lieues d’une navigation de plaisance, la traversée sur le deux-mâts pirate, se transforme rapidement en une aventure houleuse dans laquelle le jeune héros se confrontera à ses origines et sa destinée.

Prenez le vent à bord de ce second et dernier tome de piraterie-fantasy, Accrochez-vous aux voiles et bravez les nombreux dangers qui attendent les Enfants de l’Éclipse : abordages, bagarres, pirates, requins, tortures et tempêtes.

Découvrez avec eux le point final de cette quête fantastique.

Note

Après être embarqué clandestinement sur le bateau du terrible pirate Razvan, Ardian Vulpea devra vivre plusieurs aventures avant de connaitre la conclusion de cette histoire. Caché au creux de la cale du bateau avec son ami Darian, ils devront rester discret et trouver le moment propice pour se mettre à la recherche de la carte aux trésors du capitaine. Mais, bien que le bâtiment soit immense, rester discret aux yeux des pirates n’est pas une chose facile… et nos deux amis s’en rendront compte bien assez tôt !

Entre terribles combats, tempête gigantesque et barbarie, nos protagonistes devront jouer serré pour réussir leur mission. Rien ne sera facile et, bien sûr, rien ne se passera comme prévu ! Les pirates ont ça en commun qu’ils peuvent tous agir comme des pirates. La traîtrise n’est jamais bien loin avec eux ! Est-ce que les leçons de maitre Phu sur l’île aux serpents leur seront utiles ? Gageons que oui !

Le texte de l’auteur est toujours aussi intéressant. L’écriture est fluide et les pages tournent rapidement. Cette fois par contre, quelques longueurs apparaissent à quelques reprises, mais durant ces moments, le lecteur réussit tout de même à s’accrocher et veut toujours en savoir plus. L’humour de nos personnages y est pour beaucoup puisque ces moments apportent au lectorat son lot de rires qui sont les bienvenues.

Cette histoire a commencée sur l’île aux serpents alors que nos jeunes héros apprenaient à devenir des pirates. Apparus sur l’île de façon mystérieuse, vidés de leurs souvenirs, ces jeunes devaient s’adapter à cette nouvelle vie s’ils voulaient un jour avoir la chance de conquérir les mers. Le mystère de leur apparition amnésique sur l’île reste opaque jusqu’à la toute fin. Et lorsque, finalement, ils découvrent la vérité, ils en sont estomaqués… tout comme le lecteur qui ne l’a pas vu venir ! Une finale peut-être un peu trop rapide à mon goût, alors que j’aurais aimé en savoir un peu plus. Toutefois, cette fin est très intéressante et apporte même un petit plus à cette histoire. Ça reste une finale satisfaisante en plusieurs points !

Un roman jeunesse, un roman de pirates, un roman de fantasy… Cette histoire possède plusieurs bons atouts pour permettre aux jeunes lecteurs de s’immerger complètement dans le récit. Si, comme moi, le secret du capitaine Razvan vous intrigue, alors lancez-vous dans cette suite tout de suite. Attachez votre cache-œil comme il faut et gardez toujours un couteau entre les dents. Après tout, ce sont des pirates… il faut rester sur nos gardes en tout temps !

Un énorme merci à l’auteur Mehdi Marion pour l’envoie de ce roman. En plus, la dédicace est géniale !

14/11/2020

« Sache que d’après ce que l’on raconte, un jour sa belle-mère qui ne l’aimait pas s’est mise à saigner du nez. Impuissant quand au fort débit d’hémoglobine qui ne cessait de s’écouler, Salvatorul a jugé judicieux de lui faire un garrot autour du cou pour arrêter l’hémorragie. Depuis, il s’est perfectionné dans les fuites et crois-moi, personne n’ose remettre sa parole en doute. »

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *