Auteur : Michael Crichton

Pages : 396

ISBN : 2-221-08129-3

Six ans après la catastrophe de Jurassic Park, une rumeur court :
Quelque chose a survécu…
… au large du Costa Rica, deux équipes de scientifiques partent explorer une autre île où les inventeurs de Jurassic Park élevaient en secret des dinosaures.
Livrés à eux-même, les animaux ont proliféré. L’île est devenue un monde perdu, sans hommes, peuplée de paisibles herbivores géants, mais aussi de féroces carnivores.
Une nouvelle course commence. Ian Malcolm, le génial mathématicien rescapé de Jurassic Park, et Richard Levine, un célèbre paléontologue, devront faire preuve de beaucoup d’intelligence et de beaucoup de courage pour réussir à fuir cette île maudite.

Note

Après Le Parc Jurassique, que j’ai dévoré en le temps de le dire, voici la suite que je me devais de lire absolument.

Cette fois, l’histoire se passe sur une île perdue où les dinosaures ont procréés et où les menaces peuvent venir de partout. Toutefois, l’effet de surprise qui a sut accrocher si facilement le lecteur lors du premier roman est beaucoup moins intense ici. Non pas que cette histoire est moins intéressante que la précédente, mais cette fois l’auteur a dû travailler fort pour permettre au lecteur de ne pas ressentir un sentiment de « déjà-vu ».

On retrouve encore des explications scientifiques plausibles, quoique peut-être légèrement moins excitantes cette-fois. Néanmoins, cette suite reste intéressante dans son ensemble.

Il ne s’agit certes pas d’un mauvais roman, mais les émotions durant la lecture ainsi que l’empressement à tourner les pages, comme ce fut le cas pour la précédente histoire, étaient beaucoup moins présents. Il est donc normal de se demander, suite à cette lecture, si Michael Chrichton n’a pas écrit ce roman sur demande compte tenu que l’engouement pour Jurassic Park fut exceptionnel. Certains dirons oui sans hésitation… De mon côté, mon opinion reste mitigé sur le sujet. Si vous n’avez pas aimé le film, vous n’aimerai pas plus ce roman.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *