Auteur : Nadine Bertholet & Isabelle Lauzon

Pages : 255

ISBN : 978-2-89803-351-3

Nouvelle recrue au sein de l’Ordre des menvatts, Deloan entame sa formation au monastère de la Cité Blanche, où il démontre des capacités physiques hors du commun. Toutefois, lors de sa première mission d’accompagnement, il assiste à des actes odieux qui le poussent à remettre en question son allégeance envers l’organisation. Révolté, il décide de gravir les échelons de l’Ordre afin de l’assainir.

Avner Lormax, maître menvatt handicapé lors d’une mission, se voit confier la direction d’une des sections secrètes créées par Deloan. Tout se déroule pour le mieux, jusqu’au jour où l’assassin décide d’embaucher Sinda, une jeune femme issue de son passé. Ils se retrouvent alors tous deux dans un engrenage dangereux, qui pourrait avoir de graves conséquences…

Menvatts ou arcurides, ils doivent tous payer le prix de leurs allégeances.

Note

Cette série est un collectif de plusieurs auteurs qui écrivent sur un même thème (créé par Michel J. Lévesque). Chacun y va de sa propre histoire et pour la première fois, voici un roman écrit par deux personnes. Ici, Nadine Bertholet et Isabelle Lauzon nous partagent leurs idées sur cet univers. Et je peux aisément dire qu’elles s’en sortent merveilleusement bien !

Dans ce monde du futur, plus rien n’est comme aujourd’hui. La guerre entre les Menvatts – ces clowns vengeurs, tueurs professionnels engagé par le peuple pour régler leurs comptes – et les Arcurides qui sont des super soldats à la solde du gouvernement, est loin de se terminer. Que ce soit d’un côté ou de l’autre, chaque allégeance a un prix et chaque meurtre fini inévitablement dans un bain de sang… car malgré leur convictions différentes, ils ont tous la même violence meurtrière !

J’aime le mélange de science-fiction et d’horreur que nous apporte ces romans et celui-ci ne fait pas exception. L’hémoglobine tient une place relativement importante dans le récit mais aussi et surtout les frissons. Après tout, ces clowns ont tout pour nous donner la chair de poule avec leur maquillage effrayant et leur dents pointues ! Donnez leur la force du maniement des armes meurtrières (toutes les armes, les plus classiques comme celles du futur) et le contrôle parfait de chacune de celles-ci et vous avez devant vous la parfaite machine à tuer. Mais s’il se trouve l’un de ces clowns devant vous, c’est qu’il ne vous reste pas grand temps à vivre…

Les auteures nous racontent leurs idées avec une maitrise certaine de l’univers des Menvatts. J’avoue avoir eu un peu de mal a entrer dans l’histoire durant les premiers chapitres, mais si le récit semble un peu décousue en début de roman, le lecteur se rend vite compte que tout fini par s’imbriquer parfaitement pour donner au final une histoire plus qu’intéressante. La vengeance est au coeur de l’histoire… mais lorsque cette vengeance vous amène à agir secrètement, les conséquences peuvent être très dangereuses… au plus grand plaisir du lecteur !

Ce roman est court, comme tout ceux de cette série. Les chapitres passent rapidement et sont bien travaillés. L’histoire passe habillement du présent au passé pour revenir au présent, nous permettant de bien assimiler toute l’étendue du récit. L’efficacité monte au fil des pages pour donner au lecteur une impression de fluidité intéressante. La montée du rythme s’intensifie tranquillement au fil des chapitres et le texte qui semblait contenir quelques maladresses en début de roman s’avère au final être très efficace. 

Décidément, ce futur avec ces clowns vengeurs à de quoi surprendre son lectorat. C’est mystérieux et glauque juste comme il faut et l’horreur n’est jamais bien loin. Oubliez les fêtes d’enfants avec de joyeux clowns… ici, les Menvatts ne s’amusent pas avec des ballons, mais plutôt avec des lames bien aiguisées et un désir de meurtre bien établi !

18/08/2019

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *