Auteur : Jean-Pierre Davidts

Pages : 442

ISBN : 978-2-89485-420-4

Tome 1 : Nayr
Le plus grand magicien de tous les temps, Obéron régnait sur le peuple féérique. Un jour que son royaume fut menacé de destruction, il entreprit de sauver ce qu’il restait en façonnant un miroir de pierre noire. Il y fit traverser ses sujets vers une autre dimension et pour que nul ne les suive, il brisa le miroir. La magie disparut alors de la Terre.

Resté seul derrière, Obéron eût tôt fait d’être capturé, torturé puis dépecé. On brûla ses restes que l’on dispersa au-delà des mers. Avant de succomber, Obéron avait versé sept larmes qui se cristallisèrent en autant de métaux différents. Selon la légende, ces larmes auraient des vertus magiques et permettraient le passage entre les mondes.

De nos jours, plus personne ne parle d’Obéron. Et tout serait resté ainsi si ce n’est d’une escapade improvisée par un jeune couple sur l’îlot où était caché le coeur d’Obéron. L’un d’eux y disparut subitement pour ressurgir dans l’autre monde. La magie d’Obéron ne s’était donc pas entièrement dissipée.

Propulsés bien malgré aux au pays de Nayr, Judith et Brent, deux humains du monde réel, tentent de se retrouver dans cette vaste contrée presque détruite. Dotés de pouvoirs magiques mais séparés l’un de l’autre, il feront la rencontre de créatures étranges et de personnages hauts en couleurs. Échapperont-ils aux noirs desseins que leur réservent Aloysius et monseigneur Da Hora ?

Note

Nayr, un monde parallèle du nôtre, permet certainement l’immersion totale du lecteur lors de la lecture de cette histoire ; du moins tel fut le cas pour moi durant les premiers chapitres. L’histoire est certes très intéressante quoiqu’elle laisse souvent l’impression d’une écriture hâtive, comme si l’auteur avait eu du mal à combler plus de 400 pages blanches.

Les animaux et autres créatures fantastiques y sont plus que présent, permettant ainsi d’en apprendre toujours plus tout au long du récit ; surtout avec des explications en bas de page qui sont très (trop ?) nombreuses. Ces explications qui sont les bienvenues en début de roman deviennent malheureusement très vite lassant au fil de l’histoire.

Outre ce petit point négatif, il n’en reste pas moins que l’histoire accroche assez le lecteur pour lui faire passer plus de bons moments que de longueurs. Les personnages attachants, jumelés à un monde fantastique, permettent certainement d’apprécier pleinement l’univers inventé par l’auteur. Les affrontements à l’épée mais aussi, et surtout, sous l’effet de la magie rendent le récit encore plus intéressant.

Loin d’être un livre essentiel pour une bibliothèque de fantasy, cette histoire laisse tout de même de bonnes impressions au lecteur. Il s’agit donc d’un bon préambule pour une suite qui ne devrait pas décevoir… du moins, espérons-le !

28/07/2008