ONIRIA
    .:: Patrick Senécal
    .:: Site officiel
Du même auteur
    .:: 5150, rue des Ormes
    .:: Aliss
    .:: Contre Dieu
    .:: Malphas
    .:: L'autre reflet
    .:: Quinze minutes
    .:: Sur le seuil
    .:: Le Passager
    .:: Sept comme setteur
    .:: Les sept jours du talion
    .:: Hell.com
    .:: Faims
    .:: Le Vide






300 pages

ISBN :
9782922145885

Silence, à l'exception du moteur du camion qui roule depuis maintenant une quinzaine de minutes. Dave n'est vraiment pas rassuré. Une évasion tout seul, c'est déjà risqué, mais à quatre, ça confine au suicide, surtout avec un imbécile comme Jef... Heureusement, Éric écoute les consignes à la lettre. Et Loner est parfait : aucune hésitation, aucun doute, aucun faux mouvement. Normal, puisqu'il est l'architecte de cette évasion. Il n'a pas proféré trois mots depuis le début de l'opération il y a maintenant plus d'une heure... Dave tente de contrôler son angoisse. Allons, maintenant qu'ils se trouvent tous dans le conteneur, on peut dire qu'ils ont réussi, non?...

Ils sont quatre : David, Jef, Éric et Loner. Quatre criminels qui, habilement, se sont échappés de prison. Mais la police les a pris en chasse et les cerne de près. Alors ils décident de se cacher pour la nuit dans une villa isolée au nom étrange, Oniria... Et c'est sans aucun doute la pire décision de leur existence!

Oniria : un thriller fantastique comme vous n'en avez jamais lu.




Commentaire personnel :


Note : 4/5

Oniria. Une maison, une villa… un endroit qui fait froid dans le dos ! Un endroit où les quatre évadés vivront carrément un cauchemar. Ce roman cadre parfaitement dans le style que je m’attends de Patrick Senécal : horreur, sexe, psychologie… Bref, un roman complètement fou, un thriller fantastique parfait que les amateurs du genre aimeront très certainement.

On suit donc quatre évadés de prison qui, en voulant se cacher de la police, se retrouve dans la villa du nom de Oniria. Cette maison appartenant à la psychiatre du centre pénitencier Vivianne et à son mari Zorn, un savant un peu fou en chaise roulante. Mais ils ne sont pas les seuls qui arpentent les couloirs de la villa et les évadés s’en rendront compte en même temps que le lecteur qui ne cesse de ressentir des frissons à chaque événement nouveau et peu rassurant.

Senécal, avec son écriture simple, réussit très bien ici à jouer avec la peur et l’horreur et pousse l’histoire à la limite du possible tout en étant crédible pour le lecteur. La folie que peuvent ressentir les personnages tout au long du récit est donc très bien comprise, même si quelques fois leurs réactions frisent la stupidité. Ces personnages sont facilement perçus ici comme les acteurs d’un film d’horreur à suspense, ce qui aide grandement le lecteur dans sa quête d’attachement. On ne connaît pas nécessairement beaucoup ces personnages, mais plus les pages passent et plus leurs émotions nous envahissent, nous laissant imaginer avec une grande facilité les peurs qu’ils vivent et qu’ils partagent bien malgré eux avec nous.

C’est un livre délirant et surréaliste, mais fascinant à la fois. C’est à se demander où l’auteur tire toutes ses idées. Je crois que je peux affirmer sans me tromper que Patrick Senécal est mon écrivain coup de cœur cette année.

02/04/2011

Partager


    Vos commentaires :



Note : 4/5

Du Senécal bien fait, merveilleusement écrit ! Époustouflant ! Tout à fait extraordinaire ! L’univers ou l’auteur nous transporte ! Dans la cave d’une psychiatre un peu détraquée et de son mari, tout aussi cinglé, ils feront vivre des aventures totalement hors du commun à ces 4 évadés de prison qui n’aurait peut-être pas du entré dans cette demeure… ! J’adore vraiment le style que Patrick Senécal nous offre dans ces romans. On est facilement entrainé dans l’histoire, rapidement. Effrois, horreur, palpitations cardiaques sont au rendez-vous lorsqu’on ouvre un roman signé Senécal ! Je crois que je peux également affirmer que cet auteur est un GROS coup de cœur pour moi aussi ! Vivement le prochain bouquin que j’ouvrirai de lui !!!

Dom, le 20/04/2011