LE PASSAGER
    .:: Patrick Senécal
    .:: Site officiel
Du même auteur
    .:: 5150, rue des Ormes
    .:: Aliss
    .:: L'autre reflet
    .:: Contre Dieu
    .:: Oniria
    .:: Quinze minutes
    .:: Sur le seuil
    .:: Sept comme setteur
    .:: Malphas
    .:: Les sept jours du talion
    .:: Hell.com
    .:: Faims
    .:: Le Vide






214 pages

ISBN :
978-2922145731

Étienne Séguin n'a pas trente ans. Originaire de Drummondville, demeurant depuis quelques années à Montréal, il vient d'accepter un poste de professeur de littérature au cégep de sa ville natale. Qu'à cela ne tienne, il fera l'aller-retour par l'autoroute 20 ; le trajet ne prend pas plus d'une heure, cela lui permettra d'écouter la radio et, surtout, d'oublier sa récente séparation !
Peu de temps après, Étienne remarque un autostoppeur, toujours posté au même endroit au moment où il passe. Pourquoi ne pas le faire monter afin de rompre la monotonie de la route ? Dès la première rencontre, le jeune homme comprend que son passager l'a connu dans son enfance. Mais voilà : Étienne souffre d'amnésie et n'a aucun souvenir de ses jeunes années. C'est alors que les questions surgissent dans son esprit : qui donc est ce passager qu'il a pris l'habitude d'embarquer ? Et qu'ont-ils fait ensemble, dans leur jeunesse?
Le Passager: un roman d'une tension extrême...comme tous les romans de Patrick Senécal !



Commentaire personnel :


Note : 3.5/5

Un petit roman d’à peine plus de 200 pages. Je ne m’attendais donc pas à grand chose en lisant ce livre et pour être tout à fait franc, c’était probablement celui qui m’attirait le moins de tous les Senécal. Toutefois, l’auteur reste fidèle à son style et bien vite je me suis laissé prendre au jeu.

L’horreur prend tranquillement la place sur le thriller et comme toujours, pour décrire certains passages plus difficiles que d’autres, les mots sont bien choisis. On ressent facilement l’angoisse nous gagner plus on avance dans l’histoire. Les quelques scènes plus horribles sont décrites avec force détails et ne peuvent que nous faire grimacer de dégoût ; les descriptions nous permettant de très bien visualiser les images dans notre tête.

Malheureusement pour moi, j’avais deviné la fin tout de même longtemps avant de terminer ce roman. En fait, je me suis laissé prendre au jeu de Senécal et je suis totalement embarqué dans l’histoire, m’imaginant une fin plausible qui serait intéressante. Je n’ai donc pas été déçu d’avoir imaginé la même fin que l’auteur (suis-je sur la même longueur d’onde que lui?) puisque que le récit est très bon et mérite pleinement qu’on s’y attarde. Patrick Senécal est très certainement un auteur qui mérite d'être connu… pour les amateurs de sensations fortes.
Ah! Comme c'est toujours plaisant d'avoir un Senécal entre les mains ! À quand le prochain ?

23/09/2011

Partager


    Vos commentaires :



Note : 4/5

Je ne m’attendais pas à grand-chose en ouvrant ce Senécal. Mais je me suis bien vite rendu compte que je me trompais ! Patrick Senécal est fidèle à lui-même, encore une fois ! Je n’arrivais pas à décrocher. Comme toujours, Senécal ne mâche pas ses mots, ni ses idées. J’ai été agréablement surpris durant ma lecture. J’ai adoré. Mais… est-ce possible de ne pas aimer une œuvre de Patrick Senécal? Pour ma part ça ne m’est jamais arrivé. Il est le seul auteur dont aucun livre ne m’a déplu. C’est mon auteur coup de cœur et je crois qu’il sera difficile à déloger.
Un livre quelque peu angoissant par moment. On suit Étienne, professeur remplaçant qui doit faire Montréal / Drummondville trois fois semaine. Il rencontre un auto-stoppeur sur sa route, chaque fois qu’il passe à la même heure. Il décide de l’embarquer pour avoir de la compagnie et se désennuyer. Étienne a un trou de mémoire de ses 8 premières années de sa vie, qui selon ses parents, serait à cause qu’il aurait reçu un coup de portier de voiture sur la tête. Mais avec ce nouvel arrivant qu’il décide d’embarquer à chaque passage sur l’autoroute 20, Étienne se rappellera peu à peu les années oubliées. Mais il aurait bien voulu ne jamais s’en rappeler. Connait-il cet auto-stoppeur ? Il aurait dû écouter ses parents et ne jamais le faire monter.
La fin m’a renversé ! Je l’ai trouvé quelque peu angoissante et voulait savoir page après page ce qui arriverait. Je n’arrivais pas à refermer mon livre pour aller me coucher tellement je voulais en savoir plus.
Patrick Senécal m’a encore montré avec ce livre qu’il est un AS !
Vous feriez monter un auto-stoppeur dans votre voiture ?

Dom la Star, le 29/09/2011