Auteur : Stephen King

Pages : 366

ISBN : 2-7242-8190-x

Billy Halleck, bon époux, bon père, vit dans le Connecticut et exerce son métier d’avocat à New York. Boulimique, il pèse plus de cent kilos.
Un jour, il tue accidentellement en voiture une vieille gitane. Sa position de notable lui vaut de n’être condamné qu’à une peine de principe et les Gitans sont expulsés de la ville. C’est alors que Billy commence à maigrir, et de plus en plus. Il a beau se gaver, rien ne peut enrayer cette perte de poids qui risque l’amener à une issue fatale. Terrifié, il comprend alors que le chef de la tribu gitane lui a jeté un sort…

Note

Voilà un roman qui dort sur une tablette de ma bibliothèque depuis un moment déjà. Avec la description de ce livre, on pourrait penser que ce n’est qu’une histoire banale et sans éclats. Et pourtant, force est de constater que le King me surprend encore ! Il réussit à mener cette histoire beaucoup plus loin que ce que je pouvais le penser à prime abord pour finalement se terminer d’une façon vraiment intéressante !

Après une entrée en la matière un peu simple, le récit bascule peu à peu dans quelque chose de plus dramatique, voire même de plus horrifique. L’histoire est racontée un peu à la façon d’un road-movie avec un rythme effréné tout en abordant des thèmes importants comme l’abus de pouvoir ou le respect des autres. Et malgré un récit court, les personnages atteignent une belle profondeur et démontrent un vécu qui pousse le lecteur à s’attacher facilement à eux.

Parfois j’avais l’impression de vivre un cauchemar éveillé, de vivre lecauchemar de cet homme. La malédiction don est affligé Billy Halleck va le conduire très loin, beaucoup plus loin qu’il n’aurait pu seulement l’imaginer… et franchement, beaucoup plus loin que je l’aurais cru moi aussi. Je dois le dire, je ne m’attendais pas à beaucoup en lisant ce roman. Et pourtant le King, fidèle à son habitude, à réussit à accaparer toute mon attention.

L’originalité dont fait preuve l’auteur est toujours époustouflant et avec ce roman, je ne peux que saluer encore une fois son talent. C’est indéniable, Stephen King est un maître de la littérature moderne !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *