PLEIN GAZ
    .:: Joe Hill + Stephen King
Du même auteur
    .:: Salem
    .:: Carrie
    .:: Simetierre
    .:: Le fléau
    .:: La peau sur les os
    .:: Cujo
    .:: La ligne verte
    .:: Blaze
    .:: L'accident: Dead Zone
    .:: Dôme
    .:: L'année du loup-garou
    .:: Shining
    .:: Désolation
    .:: Dolorès Claiborne
    .:: Misery
    .:: Joyland
    .:: Jessie
    .:: La Tour Sombre
    .:: Les Tommyknockers
    .:: Christine
    .:: Charlie
    .:: 22/11/63
    .:: Les Régulateurs
    .:: Docteur Sleep
    .:: Dreamcatcher
    .:: La ballade de la balle élastique
    .:: Ça






111 pages

ISBN :
978-2-7096-4383-2

Inspiré par le désormais culte Duel, de Richard Matheson, adapté au cinéma pat Steven Spieldberg, Plein Gaz marque la première collaboration entre Stephen King et son fils Joe Hill, auteur du Costume du mort, Cornes et NOSFERA2.



Commentaire personnel :


Note : 3/5

Comme beaucoup, j’ai déjà vu le premier film de Steven Spieldberg, à savoir Duel. Et je me souviens avoir bien aimé l’ambiance qui en ressortait. Toutefois, je ne savais pas que ce film était une adaptation d’un roman de Richard Matheson. En fait, c’est avec la sortie de ce petit livre - Plein Gaz - que j’en ai eu conscience.

Ayant aimé le film et ayant un énorme faible pour Stephen King, j’ai tout de suite été attiré par cette nouvelle. Bon soyons clair, j’ai eu plus l’impression de lire Joe Hill que Stephen King, non pas parce que j’ai déjà lu cet auteur, mais plutôt parce que le style n’est pas du tout semblable à celui du King. Néanmoins, on voit clairement que même si le fils ne possède pas le style de son père, il a de qui tenir ! Aussi, je n’ai donc pas été déçu par l’écriture de cette courte nouvelle.

L’histoire nous est débitée rapidement, sans aucune perte de temps ni explications complexes. On ne connait pratiquement rien des personnages qui nous restent inconnus pratiquement tout du long – ce qui n’empêche nullement le lecteur de s’attacher à eux d’une certaine façon. C’est très court comme histoire mais c’est aussi très poignant à sa façon. Ça reflète très bien l’ambiance que j’ai pu ressentir en regardant le film. Sur ce point, mission accomplie !

Ce n’est pas une nouvelle très marquante et ce n’est pas non plus un livre dont je me souviendrai très longtemps. Mais force est de constater que ce récit a su faire son boulot… à savoir me faire passer une heure de lecture distrayante. Je n’ai rien à redire… sauf peut-être le fait que je suis maintenant très intéressé à en connaitre plus sur les écrits de Joe Hill…

… et aussi qu’il me faut absolument trouver une copie du fameux livre de Matheson !

15/04/2014

Partager


    Vos commentaires :