Auteur : Yohan Maltais
Pages : 497
ISBN : 978-2-89786-741-6

Tome 1 : Contact
2125. L’OMS annonça la venue d’une nouvelle pandémie qui allait s’étendre à la planète entière. À ce rythme, vingt années auraient suffi à mener la race humaine à une extinction totale et définitive. West corporation arriva tel un sauveur en annonçant la création d’un vaccin qu’ils nommèrent HOPE. La pandémie frappa durement, suivit d’une grande peste. Une migration naturelle vers les grandes villes s’amorça, rayant de la carte des milliers de petites bourgades ce qui redessina les frontières de monde.

Londres 2149. Dylan Thomas, un chercheur en oncologie sans histoire est assailli par de violentes migraines qui déclenchent des visions de son futur. Recherché, Dylan Thomas devra braver le froid, la peur et la mort pour connaître la vérité. Et si ce n’était pas pour votre bien? Et si ce vaccin avait qu’un but: trouver un seul homme, Dylan Thomas?

Note

Je me souviens avoir vu passer ce roman sur Facebook, via la page de CatCritick, et m’être alors dit que ce roman m’intéressait. J’aime la science-fiction et j’aime découvrir de nouveaux auteurs. Alors je n’ai pas hésité longtemps lorsque Yohan Maltais m’a contacté pour m’envoyer son roman en échange d’un avis. Et j’ai bien fait d’accepter, parce que ce roman est une très belle découverte !

Bon, commençons tout de suite par les points négatifs puisqu’il y en a peu – mais je me dois de le mentionner puisqu’il est impossible de passer à côté. Tout au long du roman, quelques lacunes parsèment le récit çà et là et le lecteur peut être déstabilisé par quelques coquilles vides ou quelques phrases qui manquent un peu de peaufinage. Le texte est pourtant fluide en général, mais lorsque ce genre de coquille apparaît, le lecteur ne peut que trébucher sur sa lecture et relire quelque fois la même ligne pour bien en comprendre le sens. Néanmoins, outre ces petites lacunes, le récit est bien prenant et l’histoire est toute sauf banale… ça je vous le dis !

Voilà, maintenant que ce négatif est fait, passons au reste, parce que le reste en vaut largement le coup ! La science-fiction au Québec, reste relativement rare. Il y en a, bien sûr, mais bien peu sortent du lot. Yohan Maltais, lui, réussi un bon petit tour de force avec ce récit dont l’histoire est captivante du début à la fin. Il nous transporte dans un futur très différent de ce que nous connaissons aujourd’hui, tout en ayant de fortes similitudes avec notre présent. La technologie est bien plus développée et inévitablement il y a des gadgets hi-tech et toute l’électronique nécessaire pour faire de ce futur un futur réaliste et surtout plausible. Et ce futur n’est pas des plus festif. Le vaccin HOPE a assuré la survie de l’espèce humaine, certes, mais depuis cette pandémie, plus rien n’est pareil. Les riches sont très riches… alors que les pauvres s’enfoncent sans cesse dans la misère.

Nous suivons plusieurs personnages durant l’histoire et ils sont tous très intéressants à leur façon. Tous ont à faire de près ou de loin avec la West Corp, cette compagnie qui a sauvé l’humanité avec son vaccin. Et au fil des pages le lecteur commence à comprendre le lien qu’ils ont avec cette compagnie et très vite nous nous rendons compte que la West Corp n’est peut-être pas ce qu’elle prétend être… Entre meurtres et complots, le lecteur commence tranquillement à comprendre où l’histoire nous mènera. Et lorsqu’on est sur le point de tout comprendre, on se rend alors compte qu’on avait tout faux et que finalement c’est beaucoup plus gros et terrible que ce qu’on pouvait imaginer.

La plume de Yohan Maltais vaut le détour. C’est avec une écriture simple, mais avec un vocabulaire riche que l’auteur nous raconte son histoire. Son texte est rapide et sans détours, ce qui permet très certainement au lecteur de ne pas s’ennuyer. Il y a beaucoup de personnages et l’histoire reste mystérieuse longtemps. Parfois ça donne comme effet d’avoir l’impression de ne pas tout comprendre ce que l’auteur veut nous raconter. Et c’est ce que j’aime de ce récit. Après tout, c’est de la science-fiction et ce genre littéraire se doit d’avoir quelque mystère. L’auteur nous dévoile au compte-gouttes sa terrible idée… et là, ça fait peur !

Au final, ce roman m’aura fait beaucoup voyager. J’ai été d’abord déstabilisé par l’idée, mais il ne m’aura pas fallu longtemps pour tomber dans l’histoire et en apprécier toute les subtilités !

Un grand merci à Yohan Maltais pour l’envoie de son roman. J’ai maintenant bien hâte de connaître la suite !

11/01/2019

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *