Auteur : Robert Charles Wilson

Pages : 608

ISBN : 978-2-07-04078-4

Une nuit d’octobre, Tyler Dupree, douze ans, et ses deux meilleurs amis, Jason et Diane Lawton, quatorze ans, assistent à la disparition soudaine des étoiles. Bientôt, l’humanité s’aperçoit que la Terre est entourée d’une barrière à l’extérieur de laquelle le temps s’écoule des millions de fois plus vite. La Lune a disparue, le Soleil est un simulacre, les satellites artificiels sont retombés sur terre. Mais le plus grave, c’est qu’à la vitesse à laquelle vieillit désormais le véritable Soleil, l’humanité n’a plus que quelques décennies à vivre…
Qui a emprisonné la Terre derrière le Bouclier d’Octobre? Et s’il s’agit d’extraterrestres, pourquoi ont-ils agi ainsi ?

Note

L’histoire commence en douceur avec un professeur qui enseigne à de nouveaux étudiants. Partageant sa façon de voir la vie, il est rapidement aimé de ses élèves… et de ses lecteurs aussi – en tout cas pour moi. Malgré tout ce qui lui arrive, il voit souvent le positif dans une situation, ce qui est somme-toute un bon sujet à lire.

Puis, plus on avance dans l’histoire, plus la cadence augmente. L’action est presque en continu jusqu’à la fin du roman, rendant ainsi le récit de plus en plus trépidant. Personnellement, j’ai été tenu en haleine du début jusqu’à la fin. Toutefois, ce roman n’a pas su me transporter dans mon imaginaire autant que la série des Chevaliers d’Émeraude. L’histoire est bonne, certes, et le personnage principal est attachant. Le récit offre un mariage parfait entre le réalisme et le fantastique, ce qui permet au lecteur de vouloir continuer sa lecture.

Loin d’être une histoire parfaite, ce roman laisse tout de même au final un sentiment agréable d’après lecture sans toutefois marquer le lecteur au point de le s’en souvenir longtemps…
À lire tout de même pour les fans de cette auteure.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *