Auteur : Steven Spielberg

Pages : 223

ISBN : 2-277-11947-4

Un soir, dans l’Indiana…
Câbles électriques soudain volatilisés, transformateurs grillés, et tout l’état se trouve englouti dans une obscurité totale. Panique, affolement… Appelé par sa Centrale, l’ingénieur Roy Neary roule en aveugle, tendu, inquiet pour Barry, un petit voisin, qui a disparu comme attiré par l’étrange mélodie qui s’élevait dans l’ombre.
Soudain le moteur cale. Derrière lui, Neary voit approcher un engin aux phares aveuglants qui le dépasse .en le survolant et lui barre la route. Des signaux lumineux, une mélodie – la même mélodie… Et tout s’efface !
Au matin, tout semble rentrer dans l’ordre, l’affaire est « étouffée »…
Et pourtant, une image désormais obsède Roy: une montagne au sommet tronqué. Qu’il lui faut situer. C’est là, il le sent, il le sait, qu’il a rendez-vous. Et pas seulement avec le petit Barry…

Note

Depuis des milliers d’années, les O.V.N.I. fascinent les hommes et la possibilité d’une rencontre avec l’un d’eux sera toujours considéré comme étant un pas important dans l’avancement de l’humanité et de ses technologies. Certains prétendent que ce « contact » a déjà eu lieu – à plusieurs reprises – alors que d’autre s’efforcent à démentir les faits soulevés par les passionnés de science-fiction qui ne cessent de trouver de plus en plus de preuves à leur dires.

Quoi qu’il en soit, le sujet des O.V.N.I. reste et restera toujours un sujet inquiétant pour le commun des mortels. Mais qui dit sujet inquiétant dit inévitablement curiosité. De là la fascination… du moins dans mon cas. Lorsque je suis tombé sur ce petit roman à la brocante près de chez moi, je ne pouvais certes pas passer à côté.

Honte à moi, je n’ai jamais visionné le film de ce réalisateur exceptionnel. Mais le destin faisant bien les choses, il s’avère que le film est passé à la télévision il y a quelques semaines et j’avais alors eu la brillante idée de l’enregistrer dans l’idée de lire le livre avant, bien sûr!

Tout d’abord parlons du livre, puisqu’après tout c’est le but de ce blog! Chapitres relativement courts, mise en place de l’histoire pratiquement inexistante, à peine plus de deux centaines de pages… Et pourtant, il semble que Spielberg ne possède pas seulement le talent de mettre en images ses idées, il a aussi une carte cachée dans sa manche qu’il nous partage ici en écriture.

Bon, soyons clair, son style littéraire a pratiquement tout à envier aux écrivains de renoms. Toutefois, le récit qui est ni trop simple, ni trop compliqué, permet tout de même au lecteur d’apprécier la lecture. Le choix des mots de la part de l’auteur offre des images claires dans la tête du lecteur et le style rapide du récit donne un effet de « road movie » intéressant qui ne donne pas envie de reposer le livre.

Au final, ce petit roman saura satisfaire les quelques lecteurs qui, comme moi, sont toujours intéressés par ce sujet. L’écriture n’est pas des plus raffinée et plusieurs lacunes se sont glissées entre les mailles du filet. Malgré tout, la lecture étant fluide et aisée donne la possibilité de passer un bon moment de lecture.

Maintenant, je vais visionner le film en espérant avoir d’aussi belles images que dans mon imaginaire!

26/06/2016

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *