Auteur : Patrick Senécal

Pages : 108

ISBN : 978-2-89714-020-5

Le soir du 24 décembre, Rom et Nat guettent le père Noël avec impatience. Le vieil homme surgit dans la cheminée, comme prévu. Mais il n’est plus le même… D’ailleurs, il n’est pas le seul : le lapin de Pâques et la fée des dents sont aussi devenus bien inquiétants. Que se passe-t-il donc ? Rom et Nat résoudront ce mystère en plongeant dans une aventure pleine de surprises… et de frissons.

Note

Patrick Senécal est un auteur prolifique au Québec depuis plusieurs années déjà. Il est surtout connu pour ses romans d’horreur et d’épouvante qui ne sont certes pas destinés aux jeunes lecteurs. Ses deux enfants lui répétant sans cesse d’écrire une histoire qu’ils pourraient lire eux-aussi, Senécal se décida enfin à publier un récit destiné à un public jeunesse afin d’initier ces jeunes lecteurs aux histoires d’épouvantes. Comme j’adore cet auteur, j’étais curieux de connaitre cette petite histoire !

Bien sûr, Sept comme Setteur n’est pas une histoire qui fait froid dans le dos comme c’est souvent le cas avec les autres récits de l’écrivain. Je doute que les enfants l’ayant lu se réveillent la nuit en faisant des cauchemars et demandant à leurs parents de bien vouloir les prendre avec eux dans leur lit. Toutefois, nous y retrouvons plusieurs scènes intéressantes et assez intenses pour un public non-initié à l’épouvante. Ce roman est donc un très bon tremplin pour permettre aux jeunes lecteurs de vivre certaines émotions qui ne sont pas habitués à ressentir en temps normal en lisant une histoire. C’est un récit d’initiation parfaitement bien dosé pour le public auquel il est destiné.

C’est intéressant de voir la famille Senécal comme étant les personnages principaux du roman. Patrick Senécal ne s’est pas contenté d’inventer une histoire pour ses enfants, il a été jusqu’à les intégrer au récit ! Quoi de mieux pour un écrivain que d’écrire une histoire pour ses enfants tout en se basant sur eux pour en faire les personnages principaux ?

L’écriture est simple pour un lecteur d’expérience, mais plusieurs mots un peu plus compliqués pour les néophytes y sont insérés pour leur permette d’apprendre ainsi un nouveau vocabulaire un peu plus travaillé. L’histoire est somme toute intéressante et je me vois bien lire ce roman à mes enfants lorsqu’ils seront un peu plus vieux. Qui plus est, un dossier à la fin du roman explique les grandes lignes de ce qu’est un roman d’épouvantes, ce que sont les dialogues ou l’importance du dénouement, permettant ainsi au public visé d’apprécier encore plus sa lecture !

Franchement, c’est bien différent de ce que Patrick Senécal nous a fait connaitre par le passé tout en étant relativement similaire. Après tout, ce n’est pas pour rien que cet auteur est si prolifique. Il possède un réel talent de conteur !

23/02/2013

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *