Auteur : Robert Holdstock

Pages : 414

ISBN : 978-2-07-035914-1

Alors qu’ils explorent l’étroite plaine côtière de la mer Palubérienne, Léna Tanoway, Léo Faulcon et Kris Dojaan découvrent une épave extraterrestre très ancienne, véhicule blindé déposé là par le souffle du temps. En effet, sur le monde de VanderZande le vent peut déplacer temporellement les hommes et les objets, et il convient de s’en méfier comme s’il apportait la mort. Ce phénomène bien connu des pionniers est certes étrange, mais Léna et son équipe ne vont pas tarder à découvrir qu’il y a plus étrange encore sur cette planète résolument autre…

Note

Je me souviens très bien avoir adoré lire le cycle de La forêt des Mythagosde Robert Holdstock. Je me souviens avoir été totalement captivé par son imaginaire et par son style littéraire. Aussi, j’avais très hâte de pouvoir lire un autre roman de cet auteur.

Côté écriture, je suis heureux de constater que l’auteur possède réellement une belle plume. Le style est accrocheur, c’est fluide et ça se lit bien. L’histoire se passe sur une planète désolée sur laquelle l’auteur nous dépeint une faune et une flore bien établie et où les détails sont justes assez bien expliqués pour rendre cet environnement crédible aux yeux du lecteur. Dans cet endroit hostile, les vents souffles et ils transportent tantôt des objets, tantôt des malheureux qui se retrouvent sur leur chemin.

Le texte est très bien écrit et l’histoire intelligemment construite dans son ensemble. Le côté psychologique tient une place importante dans le récit, autant chez les personnages que pour l’histoire elle-même.

Cette histoire avance à un bon rythme, ne laissant que quelques moments de répits au lecteur, répits qui peuvent être associés à certaines longueurs mineures durant la lecture. Toutefois, le récit ne perd pas trop souvent de son rythme au point de casser l’envie d’en savoir plus. Ce roman manque peut-être un peu de finesse, mais il compense largement pour son côté agréable et intéressant.

Le souffle du temps n’est pas un roman très ambitieux. Néanmoins, je ne peux pas dire non plus que l’auteur a manqué d’audace. Avec ce texte, Robert Holdstock nous transporte littéralement vers un futur inconcevable… et pourtant assez crédible!

22/06/2016

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *