Auteur : Stéphanie Sylvain & Withney St-Onge B.

Pages : 250

ISBN : 978-2-89803-101-4

Montréal, 2102. Ils sont tous connectés. Connectés à la réalité augmentée. Connectés les uns aux autres. Pris au piège dans cet univers sombre où la déviance est la norme.

Dorothée Boudreau, une jeune trafiquante de Caelum, enquête sur ses origines. Lors d’une livraison de stupéfiants qui vire au cauchemar, elle sauve la vie d’une toxicomane quadragénaire qui lui ressemble étrangement. Celle-ci lui confie un secret lourdement gardé : vingt ans plus tôt, on lui a volé son seul enfant.

Cette mère désespérée serait-elle sa génitrice ? Les recherches de la trafiquante sont rapidement interrompues. Un violent conflit éclate au sein de la famille Boudreau : ses cinq frères adoptifs sont enragés et lourdement armés. Personne n’est à l’abri.

En cavale, Dorothée doit faire face à des âmes perdues, à des scientifiques immoraux et à des meurtriers. Prête à tout pour survivre, parviendra-t-elle à obtenir les réponses qu’elle cherche ?

Note

Je me souviens avoir eu un coup de coeur pour le roman Le roi des ombres de Stéphanie Sylvain et j’avais vraiment hâte de lire d’autres de ses écrits. Je l’ai connu , tout comme Withney St-Onge B. via leur blog littéraire Filles de joual que j’ai tout de suite pris en considération pour l’achat de romans québécois. Et voilà qu’elles co-écrivent un roman de science-fiction – un thriller dystopique – ensemble. Qui se passe au Québec en plus ! Bien sûr, je ne pouvais pas passer à côté de ce roman… et j’ai donc sauté à pieds joints dans cette lecture !

Le récit raconte l’histoire d’un Québec du futur, un monde où tous sont connectés à la réalité augmentée. Le réchauffement climatique n’a pu être contenu et la pollution envahissante affecte la santé de tous et chacun… qui plus est, l’eau – cette source de vie – est devenu une denrée rare et très dispendieuse. Imaginez un futur où, dès la naissance, chaque être humain se voit implanter une puce électronique au cerveau. C’est la norme. Nous sommes en l’an 2102. À travers tout ça, une nouvelle drogue fait son apparition, une drogue si puissante qu’il rend quiconque accroc dès la première utilisation. Dorothée Boudreau en est l’une des trafiquantes… jusqu’au jour où tout bascule. Elle partira donc en cavale pour sauver sa vie, mais à quel prix ?

Le roman est structuré de façon bien particulière. Chaque chapitre démontre le point de vue d’un personnage différent. Nous suivons bien sûr Dorothée, mais l’histoire se décale sur un autre personnage secondaire plus ou moins important pour ensuite revenir vers Dorothée. Tous les personnages se rejoignent à un moment ou un autre dans le récit et le lecteur fini par découvrir une histoire bien plus profonde que ne le laissait présager le début. Chaque personnage amène un point de vue différent sur les autres, ce qui augmente le sentiment de finesse que dégage le récit. Si le lecteur se pose plusieurs questions en début de roman, plus les chapitres passent et plus il s’immerge totalement dans l’histoire, allant même jusqu’à retenir son souffle par moment tant la tension est élevée.

Le texte est d’une fluidité sans faille et les idées de nos deux jeunes auteures valent franchement le détour. L’écriture est simple et dégage un vocabulaire riche et complet. Le texte est rapide et sans détours, ce qui permet très certainement au lecteur de ne pas s’ennuyer. Le suspense est là, du début à la toute fin. On peut facilement être surpris au tournant de chaque page par l’action d’un personnage, rendant la lecture déstabilisante par moment. Pas de doute, c’est efficace !

C’est un roman déstabilisant que nous propose ces auteures. Le lecteur est immédiatement transporté dans un thriller qui le surprendra à plusieurs niveaux. C’est un récit très bien ficelé et c’est aussi, à plusieurs égards, une critique réelle de notre société. Ça choque, ça bouleverse et ça punch ! J’aime me faire surprendre par un roman et de ce côté, ce texte est une vraie réussite !

26/04/2019

1 réponse
  1. Karine Riley Abran
    Karine Riley Abran dit :

    Malgré que j’ai commencé ce livre avec un gros doute – je ne connaissais pas aucune des deux autrices -, j’ai vraiment très vite embarquée dans le roman. Encore là, j’ai été un peu « bouleversée » de voir les différents narrateurs, mais au final, c’est ce qui m’a fait accrochée.

    J’ai complètement adorée les personnages différents, dont précisément Paul, Rodrigo, Jérémie et Dorothée ! Plus j’en apprenais sur chacun, plus je m’accrochais et développais de profonds sentiments pour chacun. Malgré son côté « sadique sexuelle », j’ai beaucoup apprécié Paul. J’ai trouvé cela amusant de voir le « ying et le yang » chez certains personnages. Par exemple : Jérémie et Dorothée (Police/Revendeuse) , Rodrigo et Paul (Conception de bébé  » sans violence  » et adoption légale vs conception de bébé avec violence et adoption illégale dans le but de se faire de l’argent.)

    Tout cela pour dire que j’ai beaucoup appréciée ma lecture. Je vais recommander ce roman à tous mes connaissances qui aiment l’horreur ! Et j’ai trouvé le titre du roman  » Déviance  » très bien choisi quand on pense à tous les personnages déviants !

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *