Auteur : Terry Pratchett

Pages : 406

ISBN : 978-2-226-21199-4

Tome 19 : Pieds d’argile

À Ankh-Morpork, le Guet a de nouveau fort à faire. Deux vieillards ont été assassinés tandis que le Patricien est victime d’un empoisonnement. Pour l’équipe de police (troll, nain, louve-garou et autres non-humains), le mystère est total, le coupable insaisissable.
Les différentes guildes de la ville profitent de la panique générale pour comploter… Et chose étrange, les golems se mettent soudain à se comporter d’une drôle de manière. Comme s’ils étaient vivants. Et contrôlés par un mystérieux maître…
Mais le commissaire Samuel Vimaire en a vu d’autres et son équipe a fait de remarquables progrès…

Note

Terry Pratchett nous dévoile à tout coup une histoire loufoque. Sans queue ni tête en début de roman, le récit vient vite transporter le lecteur dans un autre monde. Un monde où l’absurde est roi et où tout l’imaginaire y est possible ! Et si le lecteur se sent parfois déboussolé en début de roman, une fois quelques pages passées… le loufoque commence en faire son chemin et à prendre un sens. Voilà pourquoi j’adore cet auteur !

J’aime retrouver sa plume unique. Sa façon de décrire les scènes est toujours aussi impressionnante. Il raconte ses écrits un peu à la façon d’une émission de cartoons. Burlesque à souhait, mais surtout très imagée malgré le peu de mots ! Les scènes se déroulent dans notre tête avec magie et enchantement. Une plume efficace, des dialogues toujours à mourir de rire et des idées inépuisables, voilà Terry Pratchett.

Dans ce roman-ci, comme dans tout bon Pratchett, les personnages prennent une place importante dans cette histoire. Des personnages vivants… mais aussi des non-vivants et toutes sortes de créatures ; trolls, vampires, golems, gargouilles… Et comme à chaque fois, ces personnages sont d’un régal sans nom. Voilà donc que nous suivons particulièrement les personnages du Guet des Orfèvres, sorte de police municipale de la célèbre ville d’Ankh-Morpork, qui mènent une enquête importante : le Patricien est victime d’un empoisonnement. Le commissaire Vimaire prend les choses en mains et… fait de son mieux pour résoudre ce mystère. Mais ce qui commence par une petite enquête se terminera en grand !

Et dans tout ça, les golems semblent se comporter de façon différente… ils agissent comme s’ils étaient vivants… ce qui est impossible ! On y retrouve ici un gros clin d’œil au maître de la science-fiction moderne Isaac Asimov et son histoire célèbre du cycle des robots. Un genre de parodie efficace qui saura rejoindre les amateurs de S-F. Un clin d’œil à une œuvre phare de la S-F dans un roman de Fantasy burlesque… faut le faire tout de même. Et il faut le dire, c’est grandement réussi de la part de Terry Pratchett !

Les écrits de cet auteurs, bien que toujours burlesques, ne sont jamais écrits sans dénoter quelques questions sociales. Cette fois, le racisme est mis à l’honneur, mais aussi le féminisme et l’intégration. Avec du burlesque, il est souvent plus facile de donner son opinion sur des points aussi précis et tabous. En tout cas, de la main de Terry Pratchett, ça semble si facile et on se rend vite compte que son point de vue, il le démontre plus souvent qu’autrement !

Les récits qui se déroulent sur le Disque-monde permettent très certainement au lecteur de décrocher de la réalité le temps de quelques centaines de pages et de vivre des aventures incroyablement loufoques. Et franchement, ça fait du bien !

05/09/2020

« Côlon se baissa et appliqua l’oeil à l’orifice. Malheureusement, son nez se retrouva aussi à proximité.
La puanteur était épouvantable.
Il devina de l’eau, ou en tout cas du liquide.
[…]
– P’tit Arthur Le Dingue ?
Le gnome leva la tête.
– Qui c’est là-haut ?
– C’est moi,ton vieux copain Fred Côlon ! Tu peux me donner un coup d’main ?
– Qu’esse vous foutez là-haut ?
– J’suis attaché et ils vont me tuer ! Pourquoi ça schlingue comme ça ?
– C’est le vieux ruisseau Coquebec. Tous les enclos à bestiaux s’déversent dedans.
[..]
– Tu veux que j’me lance là d’dans ?
– Vous inquiétez pas, vous pouvez pas vous y noyer…
– T’es sûr ?
– Ouais. Mais vous pouvez vous étouffer. Cette rivière est connue. Il n’y coule pas que de l’eau et, quand on est dedans, on peut dire que c’est jusqu’au cou. »

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *