Auteur : Terry Pratchett

Pages : 397

ISBN : 978-2-266-16214-2

Tome 20 : Le Père Porcher

Il neige, la ville est décorée, les sapins sont en place, on attend les cadeaux. Il ne manque que le père Porcher et son costume rouge. Mais où est-il ? Kidnappé, en vacances, assassiné ? En attendant, il lui faut un remplaçant : un faux costume, une hotte, une fausse barbe et un, traîneau tiré par des cochons sauvages… c’est la Mort qui s’y colle ! Suzanne, sa petite-fille, est surtout préoccupée par les deux enfants dont elle s’occupe et veut retrouver à temps le père Porcher. Les petits voient déjà suffisamment de monstres dans leur propre maison. Mais la Guilde des Assassins a signé un contrat avec d’étranges créatures…

Note

Terry Pratchett est le genre d’auteur qui ne peut laisser quiconque indifférent. Son style d’humour, très British, est remarquable à plusieurs niveaux et il y a de nombreuses années que je me promène dans son cycle des Annales du Disque-monde. À chaque fois, un personnage, un endroit, un moment où tout ça à la fois vient me chercher pour me faire sourire en voyageant dans l’absurde de son imaginaire. Et l’imaginaire de Terry Pratchett peut aisément être qualifié d’infini !

Les romans du cycle des Annales du Disque-monde ne sont certes pas tous égaux au niveau de la qualité du texte ou bien de l’histoire elle-même. Aussi, avec le temps certains personnages me sont plus intéressants à suivre. Et c’est le cas avec le personnage de La Mort. Personnalité anthropomorphique issue des croyances du Disque-monde, il a pour charge de séparer l’âme du corps des individus décédés. Il apparait vêtu d’une longue robe noire et tenant une faux de sa main squelettique. Seulement dans ce roman, La Mort doit prendre la place du Père Pocher en cette nuit de distribution de cadeaux. Imaginez le personnage de La Mort s’habillant de rouge, longue barbe blanche et sac cadeaux sur l’épaule, volant de maison en maison avec un traineau tiré par de nombreux cochons… Bon, il faut le dire, La Mort n’y comprend rien en croyances humaine. J’adore ce personnage. Sa naïveté est incroyable et apporte plusieurs moments loufoques et absurdes qui ne peuvent que faire rigoler !

Ici, il est question d’imaginaire. Vous allez me dire que dans les histoires de Pratchett il est toujours question d’imaginaire. C’est vrai. Mais dans ce tome-ci, l’imaginaire prend une place importante. Un mot de travers et vous voilà avec un nouveau Dieu ou une fée qui apparait dans les rues de la ville. La magie de Noël sans doute !

Et bien sûr, comme c’est le cas avec tous les romans de cet auteur, le côté parodie cache souvent un regard sur la société en générale. Il ne fait pas exception ici puisqu’il met le doigt sur l’hypocrisie humaine en cette période de fêtes. Les inégalités entre les riches et les pauvres en prennent un coup… Tout ça à grands coups d’humour !

Au final, voilà un bel hommage au merveilleux qui entoure Noël et ce temps de l’année où tout est merveilleusement bon et magique !

16/01/2022

« C’EST AGRÉABLE DE FAIRE UN TRAVAIL OÙ LES GENS SONT IMPATIENTS DE TE VOIR, fit la Mort. NORMALEMENT, ILS NE SONT PAS PRESSÉS DE ME RENCONTRER. SAUF DANS CERTAINS CAS PARTICULIERS ET PLUTÔT MALHEUREUX. »

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.