Auteur : Stéphane Dompierre

Pages : 227

ISBN : 978-2-7644-0398-3

En laissant sa copine, Daniel pensait se libérer de ses tourments et accéder à un monde sans angoisses, peuplé de jolies filles se disputant sa présence. Cette vie de rêve qu’on imagine être celle des célibataires. Il se retrouve plutôt dans un appartement sans meubles, à regarder la vie passer à travers le hublot qui lui sert de fenêtre. C’est petit, c’est moche, mais « au moins c’est sur le Plateau Mont-Royal », alors tout devrait bien aller. C’est alors que la dégringolade commence. Insomnies, remises en question, buanderies, cafés tièdes, spectacle de danse contemporaine, aucun supplice ne lui sera épargné.
À 20 ans, il n’y avait rien de plus cool que d’être gérant d’une boutique de disques. À 30 ans, sans fric, sans amour, sans projet, Daniel a la désagréable impression de ne pas être adulte. Ainsi commence cette grande quête philosophique d’un mâle déglingué. Et en rut.

Note

Avec Un petit pas pour l’homme, on découvre le premier roman de l’auteur québécois Stéphane Dompierre. On y fait la rencontre de Daniel, jeune trentenaire nouvellement célibataire et nous partageons avec lui les quelques mois de sa nouvelle vie alors qu’il traverse les phases du célibat.

Daniel nous raconte donc ses moments de solitude, ses angoisses, mais aussi ses pensées souvent obscènes et toujours très cru. Après tout, c’est un homme en rut! Le style d’écriture qu’utilise l’auteur est direct tout en étant cinglant par moment. L’humour cynique du personnage principal ne laisse pas indifférent le lecteur puisqu’avec cet humour qu’on pourrait qualifier d’intelligent, un certain regard critique sur la société montréalaise nous est jeté à la figure.

Ce petit roman n’est pas nécessairement un petit bijou, mais c’est très loin d’une lecture ennuyante! C’est une histoire brève et légère qui se veut un peu être un livre-conseil (de-survie..!) du célibataire dans la trentaine, qui a peur de s’ancrer quelque part et fonder quelque chose de solide avec la gente féminine… Ah! la peur de l’inconnu, la peur de vieillir..!

C’est un livre très « chick lit » mais dans une version masculine… avec l’humour bien sûr, la drague, le sexe, l’argent… bref, vous voyez le tableau. C’est agréable, rempli d’humour et rapide. Quoi demander de mieux entre deux romans plus glauques? C’est ma deuxième lecture de cet auteur et, bien que cette histoire soit totalement à l’opposé de celle de Morlante, je ne peux que saluer la plume de Dompierre!

23/11/2014

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *