Auteur : Yvan Godbout
Pages : 325
ISBN : 978-2-89662-391-4

Mon souhait le plus ardent : vaincre la tourmente.J’en ai marre. Marre de mes cicatrices qui attirent le regard de tous et qui, paradoxalement, éloignent celui de mes parents. La mort de mon frère jumeau ne m’a pas que rendu invisible à leurs yeux, elle a également provoqué chez moi d’importants troubles anxieux. Au fil des années, la tourmente s’est nichée dans mon esprit. J’ai peur qu’elle ne s’y soit installée pour toujours.

À dix-huit ans, je devrais avoir d’autres ambitions que de devenir fou, non?

Je veux changer de vie. Fuir ce foyer où déambulent une mégère, un salaud, un vieux beagle dépendant affectif et un fantôme qui cherche sans cesse mon attention. Mais surtout, je veux guérir. Je crois avoir trouvé la solution. En fait, c’est plutôt la solution qui m’a trouvé…Un simple cerne de café sur une page de journal, et le tour était joué.

Note

La série de livres Cobayes est un regroupement de plusieurs auteurs qui écrivent chacun un roman dont le personnage principal se retrouve à tester une injection dans une compagnie privé, sorte de laboratoire pharmaceutique qui désire voir les effets secondaires que peut produire la Chlorolanfaxine chez l’homme. Chaque auteur nous dévoile le récit de son cobaye, chaque auteur y va de ses idées… mais toujours en lien avec le fait qu’ils testent tous le même produit, à la même clinique… mais avec des effets qui leur sont propre à chacun !

Yvan Godbout nous raconte ici l’histoire d’Olivier, jeune de 18 ans dont son frère jumeaux est mort devant ses yeux il y a quelques années. Ce personnage est, bien sûr, psychologiquement instable et les effets qu’auront sur son mental le traitement font de lui un excellent cobaye. Il est très intéressant à suivre, il est complexe mais terriblement bien présenté au lecteur. Le côté psychologique d’Olivier est finement travaillé. Au fil des chapitres il devient plus sombre et plus torturé, ce qui l’amène à changer radicalement. La façon dont l’auteur amène son personnage à commettre des actes horribles n’a d’égale que le talent dont il fait preuve pour nous décrire des scènes dégoutantes et atroces. On peut clairement dire que c’est un cas de schizophrénie sévère !

L’auteur ne mâche pas ses mots pour nous faire frissonner. Les descriptions ont de quoi nous donner de bien belles images en tête… ou des moins belles, c’est selon. Son style, toujours aussi incisif, lui permet de jouer dans la tête de son lectorat avec une facilité déconcertante. L’écriture est fluide et jamais complexe. Elle va droit au but sans jamais faire de détour. C’est cru, c’est écoeurant, c’est révoltant et parfois insupportable. Bien qu’on peut être déstabilisé à quelques reprises, les idées d’Yvan Godbout – et surtout la façon dont il nous les partages – a de quoi nous marquer pour longtemps. C’est écoeurant, oui… mais c’est efficace et addictif !

Yvan Godbout n’est pas un auteur à prendre à la légère. Et ce roman-ci en est une preuve supplémentaire. Il faut être prêt psychologiquement pour lire ses histoires. L’hémoglobine y prend très souvent une place importante dans ses récits… mais outre le sang qu’on peut s’imaginer comme on veut, il y a les descriptions très justes qui fait en sorte qu’il faut avoir le coeur bien accrocher. Les frissons sont là. Timides en début de roman… immenses en le terminant !

J’aime cet auteur. J’aime les frissons et les images qu’il réussit à me faire ressentir. C’est gore, c’est trash… c’est Yvan Godbout !

26/05/2019

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *