Auteur : Arthur C. Clarke
Pages : 297
ISBN : 978-2-277-22262-3

L’an 2500 – Alors que le soleil est condamné, les hommes prennent le chemin des étoiles. Sur une douce planète océane, un vaisseau semeur donne une deuxième chance à l’humanité…
L’an 3500 – Dix siècles plus tard, le système solaire est sur le point d’exploser, mais la découverte de la poussée quantique permet désormais de transporter un million de corps cryogénisés vers Sagan Deux.
Faisant escale sur Thalassa, le Magellan et son équipage feront la connaissance des descendants de l’humanité, et Loren Lorenson celle de Mirissa… mais la nouvelle Terre promise les attend, de l’autre côté de l’Univers.

Note

Notre soleil est en fin de vie et la Terre est menacée. L’homme doit quitter son système solaire après avoir migré vers Mars, le soleil risquant de détruire le système solaire au complet. Les jours de la Terre sont comptés. C’est difficile comme sujet. C’est presque inimaginable pour nous en ce moment. Et pourtant, rien ne dit que nous serons confrontés à ce problème dans plus de 1500 ans. Comment l’humanité se comportera alors ?

Voilà un préambule simple, une idée simple. Et pourtant, rien ne peut être pire que ça. Quitter notre monde – le monde de l’homme – et s’aventurer dans l’espace lointain dans l’espoir que l’humanité survive ne sera pas une mince tâche. Même pour les hommes du futur où la technologie est très avancée. Parce que là où il y a l’homme, il y a de l’hommerie. Et ça, ce n’est jamais bon pour notre futur !

Les derniers terriens sont partis au dernier souffle de la planète Terre dans le Magellan, vaisseau dernier cri, pour coloniser d’autres planètes. Leur mission, Sagan Deux, petite planète qui se trouve à plusieurs centaines d’années lumières de notre système solaire. La cryogénisation et l’intelligence artificielle permettent maintenant les longs voyages dans le vide de l’espace. Mais en cours de route, le Magellan doit faire escale sur une planète-océan qui fut colonisée plusieurs centaines d’années auparavant par d’autres vaisseaux-semeurs. Pour les humains qui habitent cette planète, la Terre n’est qu’un lointain souvenir, une légende…

Voilà un sujet où il est facile d’extrapoler et d’ajouter épais de crémage pour impressionner son lectorat. Mais Arthur C. Clarke nous raconte plutôt l’histoire de façon très lente. C’est un peu comme un intermède dans l’aventure de l’humanité, une sorte de balade tranquille qui raconte un futur possible pour l’homme. Je m’en suis rendu compte assez tôt. Et c’est peut-être ce qui m’a permis de passer à travers ce roman sans trop m’ennuyer. Parce que des longueurs, il y en a des masses. Et pourtant, durant toute cette lecture, je ne me suis pas ennuyé un moment. L’auteur nous partage son récit simplement, et ses écrits touchent un point sensible pour l’humanité : est-ce que l’homme pourra un jour quitter le système solaire pour peupler d’autres planètes ? Et si oui, comment tout ça se passera-t-il ?

C’est un voyage, un beau et long voyage d’une partie de l’humanité. C’est beau, c’est touchant. Tout ça dans la subtilité et la lenteur, ce qui fait de cette histoire une épopée agréable et parfois réconfortante à lire.

10/10/2020

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *