Auteur : Jonathan Stroud

Pages : 664

ISBN : 2-226-15298-9

Tome 2 : L’Oeil du Golem

Londres, ville des magiciens et des sorciers, au XXIe siècle. Le jeune Nathaniel connaît une ascension fulgurante au sein du gouvernement des magiciens. Sa mission la plus urgente consiste à mettre un terme aux activités de la mystérieuse Résistance, menée par Kitty et ses amis qui ne cessent de lui échapper. Alors que la pression monte, Londres se voit soudain menacée par une série d’attentats terrifiants. Est-ce la Résistance ou un danger encore plus grand ? Chargé de cette enquête périlleuse, Nathaniel est contraint de s’envoler pour Prague et d’invoquer une nouvelle fois l’énigmatique et malicieux djinn Bartiméus.
Métamorphoses, aventures et sortilèges, ce deuxième tome de La Trilogie de Bartiméus devrait ravir tous les fans de L Amulette de Samarcande.

Note

Je me souviens parfaitement avoir bien aimé le premier tome de la Trilogie de Bartiméus et ce deuxième volume ne fait pas exception. Pas nécessairement meilleur que le premier, mais très loin d’être moins bon, je crois que je peux affirmer sans me tromper qu’il s’agit d’une très belle continuité !

Les personnages sont ici beaucoup plus développés que lors du premier tome et sont franchement très attachants. Ils présentent ici une profondeur très intéressante ; que ce soit pour Nathaniel, Kitty ou même Bartiméus lui-même, on s’aperçoit très vite que finalement rien n’est facile dans ce monde de magiciens. On en apprend beaucoup plus sur l’histoire des magiciens de Londres – qui soit dit en passant n’est pas aussi glorieux qu’on pouvait le croire à priori – surtout grâce à notre djin favoris Bartiméus. Celui-ci fait preuve une fois de plus d’un humour extraordinaire qui le rend si intéressant aux yeux du lecteur. Ses nombreuses notes en bas de page, qui peuvent en dérouter quelques-uns au départ, sont très vite les bienvenues. Elles permettent de mieux comprendre l’histoire de ce djin – ainsi que l’histoire même des magiciens – mais nous permettent aussi de pouffer de rire de temps en temps.

L’action est plus que présente et est soutenue du début à la fin sans jamais réellement nous présenter de longueurs. C’est donc un récit peut-être un peu plus sombre, voire même très prenant par moment comparativement au premier tome, mais qui présente l’avantage de ne pas trop déstabiliser le lecteur. Comme je l’ai mentionné plus haut, c’est réellement une belle continuité. Ça promet pour la suite qui, souhaitons-le, devrait être aussi intéressante que les deux premiers tomes !

19/11/2011

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *