Auteur : Christian Perrot
Pages : 183
ISBN : 978-2-89803-618-7

Victime d’un crash d’avion, emporté par le courant de l’océan, Rodrigue échoue sur une île déserte aux étranges constructions. Il y découvre un étrange et sombre monolithe, orné d’une empreinte non humaine. Mû par une curiosité malsaine, il y applique sa main.

Il s’éveille, manifestement dans le passé de la Terre, avec l’esprit prisonnier d’un corps effrayant. Rodrigue découvre une race antédiluvienne dont l’un des buts principaux semble être de faciliter le retour d’une créature titanesque. Un monstre rêvant de reconquérir un monde qui lui appartenait, autrefois… Au bord de la folie, Rodrigue déambule longtemps jusqu’à retrouver le monolithe.

Y appliquant de nouveau la main, le pauvre naufragé se retrouve bien dans son époque, mais trois ans plus tard, et, pire encore, dans un autre corps, celui d’un marin français. Incapable de comprendre ce qu’il lui arrive, il luttera contre l’horreur jusqu’à la fin…

Note

Les romans des Éditions ADA me font toujours envies… surtout ceux de la collection Corbeau. Quand j’ai vu celui-ci dans un magasin grande surface, je ne me suis donc pas posé beaucoup de question et je l’ai ajouté dans mon panier. Ce n’est que par la suite que je me suis rendu compte que cette histoire se voulait un genre d’hommage à l’auteur H.P. Lovecraft… auteur que je ne connais pas du tout, sinon de nom.

C’est un roman court que nous propose Christian Perrot avec Métempsychose. Les chapitres passent rapidement et le lecteur tourne les pages avec un rythme élevé. L’histoire commence sur des chapeaux de roues alors que le personnage principal est victime d’un écrasement d’avion et qu’il se retrouve, seul survivant, prisonnier d’une petite île au milieu de l’océan. Commence alors un récit à faire frémir dans lequel notre personnage en verra beaucoup plus qu’il ne le voudrait. Et c’est l’horreur !

Le texte de Christian Perrot est très agréable et d’une fluidité surprenante. Le lecteur ne bute jamais sur un mot et les pages tournent rapidement. Le récit est de bonne qualité et le style littéraire très respectable… L’angoisse monte tout au long de l’histoire, tout comme les questions qui se bousculent dans notre tête. Pourquoi ? Comment ? Qu’est-ce que… ? Mais on a pas le temps de trop y penser puisque l’action ne cesse pratiquement jamais. Il n’y a aucune perte de temps dans ce roman, ça non ! C’est un court roman, mais plein d’adrénaline !

Je ne connais pas Lovecraft, bien que j’en ai souvent entendu parler. Je ne sais pas à quel point ce roman que Christian Perrot nous propose s’approche des histoires de cet auteur, mais une chose est sûre, je suis maintenant très intéressé par ses écrits !

06/08/2019

5 réponses
  1. Karine-Riley
    Karine-Riley dit :

    Je partage ton avis. Comme toi, j’avais aucunement pris le temps de lire le résumé et j’ai été surprise de voir la thématique. Je connaissais pas Lovecraft non plus avant de faire des recherches sur lui.

    J’ai simplement trouver un peu  » difficile  » les nombreux changements de corps, mais l’histoire est très intéressante une fois qu’on a assimilé ce concept !

    Répondre
  2. PERROT
    PERROT dit :

    Merci beaucoup pour votre lecture et votre avis, j’apprécie.
    Par rapport à H.P.L., je ne suis qu’un humble auteur qui essaye de dépayser les lecteurs avec des récits rythmés sans prise de tête. Heureux si mon modeste roman vous donne envie de lire le Maître de Providence.
    A bientôt, peut-être, de l’autre côté de la page…

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *