Auteur : Dennis Lehane
Pages : 402
ISBN : 2-7436-0962-1

Ce jour de 1975, quand éclate une bagarre en pleine rue entre Sean Devine (le plus raisonnable), Jimmy Marcus (la tête brûlée) et Dave Boyle (le plus timoré), les trois garçons sont loin de se douter que leur destin va basculer de façon irrémédiable. Une voiture s’arrête, deux hommes qui se prétendent de la police font monter Dave avec eux sous prétexte de le ramener chez lui. Dave ne reparaîtra que quatre jours plus tard. On ne saura jamais ce qui s’est passé pendant ces quatre jours. Mais les trois garçons cesseront de se fréquenter. Vingt-cinq ans plus tard, ils sont mariés et pères de famille. Sean est un policier brillant mais miné par ses problèmes conjugaux, Jimmy, un ex-chef de gang s’est rangé en achetant un magasin d’alimentation ; quant à Dave, il a brièvement connu la gloire en devenant une star du base-ball, mais aujourd’hui, il part lentement à la dérive.
C’est un événement tragique, comme un écho au kidnapping de Dave, qui va les mettre de nouveau en présence : l’assassinat brutal de Katie, la fille aînée de Jimmy, âgée de dix-neuf ans. A mesure que Dean mène l’enquête, ce sont autant de voiles qui se lèvent sur des vérités aussi troubles que les eaux de la Mystic River, dont les profondeurs recèlent bien des secrets inavouables. Pris dans l’engrenage infernal de la souffrance, du remords et du désir de vengeance, les trois anciens amis n’auront plus d’autre choix que de s’affronter en un combat dont aucun ne peut sortir indemne.

Note

Mystic River est un roman noir. Un roman qui parle de la noirceur humaine. Un roman qui donne des frissons, qui rend triste, colérique et où on va de surprise en surprise. C’est le troisième roman de Dennis Lehane que je lis et à chacun de ses romans j’ai l’impression d’être immerger totalement dans ses histoires. Et Mystic River ne fait pas exception !

Le style de l’auteur est très fluide, fouillé et détaillé. Très détaillé. Il en va de descriptions – parfois un peu trop poussées, il faut être honnête -, il en va d’une profondeur chez les personnages qui pourrait rendre jaloux plusieurs auteurs, il en va de son style bien à lui où la noirceur humaine donne trois dans le dos. La complexité des personnages n’a d’égale que son talent à nous transmettre une histoire où le suspense ne fait qu’augmenter et où l’intrigue ne peut que nous déstabiliser et nous subjuguer au final.

La façon dont Dennis Lehane amène son histoire à nous être dévoilée est impressionnante. L’enquête principale pour le meurtre de Katie Marcus passe parfois au second plan au profit des personnages, de leur histoire commune entre eux et de leur propre histoire à chacun. Ce style offre par contre plusieurs longueurs dont je me serais bien passées. Le genre de longueurs qui alourdissent le récit au détriment de l’intrigue. Néanmoins, la trame principale est d’une incroyable justesse !

Au final je peux dire que je n’ai pas été aussi emballé que durant mes autres lectures de cet auteur sans toutefois être déçu pour autant. C’est un thriller psychologique intense qui attend le lecteur. Le récit est sombre et l’ambiance très bien représenté. Lehane nous fait voyager à travers ses lignes de texte et nous transporte littéralement dans ce petit coin de pays. Ce sont des personnages torturés, autant les principaux que les secondaires qui ont une grande importance dans l’histoire. Mais c’est surtout un texte percutant à plusieurs niveaux. Certaines phrases font mal, alors que d’autres nous mettent en colère. Et tout ça est parfaitement mesuré de la part de l’auteur !

14/06/2019

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *