Auteur : Daniel Keyes

Pages : 252

ISBN : 2-290-31295-9

Algernon est une souris de laboratoire dont le traitement du Pr Nemur et du Dr Strauss vient de décupler l’intelligence. Enhargis par cette réussite, les deux savants tente alors, avec l’assistance de la psychologue Alice Kinnian, d’apliquer leur découverte à Charlie Gordon, un simple d’esprit employé dans un laboratoire.
C’est bientôt l’extraordinaire éveil de l’intelligence pour le jeune homme. Il découvre un monde dont il avait toujours été exclu, et l’amour qui naît entre Alice et lui achève de le métamorphoser.
Mais un jour, les facultés supérieures d’Algernon déclinent. Commence alors pour Charlie le drame atroce d’un homme qui, en pleine conscience, se sent retourner à l’état de bête…

Note

Il n’y a pas de doute, ce livre est très particulier… de par le texte quelque peu bizarroïde en début de roman, mais aussi et surtout pour ce qui est de l’histoire qui est toute une leçon d’humanité.

Ce récit relate les Comptes rendus de Charlie Gordon, un simple d’esprit qui se retrouve être le cobaye d’une expérience visant à le rendre plus « un teligent » comme il le dit si bien lui-même. Les premières pages sont donc remplies d’innombrables fotes d’othografes. Mais si cela désarçonne au premier abord, le lecteur a vite fait de s’habituer à lire relativement vite ces passages. Et puis avouons-le, cela ne donne que plus de réalisme au récit et rend donc l’expérience sur Charlie plus concrète. En tournant les pages, on se rend compte que Charlie apprend vite et la qualité littéraire s’améliore très rapidement.

C’est impressionnant de voir la progression de Charlie. L’auteur nous fait voir à travers les yeux de cet homme à la mentalité d’enfant toutes ses désillusions sur l’être humain, sur la société en général et sur ce qui est accepté par cette société – en faisant semblant de ne pas le voir – envers les « êtres inférieurs ». Avec tout le cynisme que contient ce livre, avec la façon dont le tout progresse et surtout du fait que tout le récit est basé exclusivement sur le point de vue de Charlie (forcément puisque ce sont ses comptes rendus), cela donne une réflexion sur la société d’aujourd’hui et sur la question : « Qu’est-ce qui est considéré comme étant la normalité pour la société? » Charlie devient plus « un teligent », mais à quel prix? Le bonheur vient-il de l’intelligence?

C’est de la science-fiction, certes, et ce roman mérite amplement sa place sur une telle étagère. Mais c’est pourtant si différent de ce qu’on s’attend de la S-F. Malgré tout, je ne peux que le conseiller au plus vite. C’est un livre un peu triste et qui donne à réfléchir, mais dont son étrangeté et surtout son côté « terriblement plausible » rend l’histoire impressionnante.

23/12/2014

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *