Auteur : Jean-François Régnier
Pages :217
ISBN : 9791026248651

Ça fait huit ans que Weston Forrester et Duncan Smith sont recherchés par toutes les polices du monde après l’affaire du « Hangar de Newton ».
Que sont-ils devenus ?
Et si un désir de justice venait raviver un fait divers trop vite oublié ?

« Duncan se sent piégé, à nouveau piégé.
Il ne veut pas retourner vivre en autarcie, coupé du monde, déserteur, fugitif, froussard en quelque sorte.
Il pourrait se livrer à la police et tout révéler au grand jour. Grande incertitude, car sa bonne foi ne ferait pas le poids face aux mensonges que les médias avaient pu vomir jusque-là.
Non, Duncan doit agir seul et vite.
Il sait que Forrester n’oublie rien, qu’il est rancunier.
[…] Il se sent comme une souris avec laquelle Forrester, huit ans plus tard, continue de jouer.
Duncan le pressent tout prêt à bondir.
Comment retrouver Forrester, le faire sortir de son trou ? »

Note

Une bête à tuer est la suite directe du roman Ma Bête du même auteur. J’avais bien apprécié ma lecture de ce premier roman et lorsque Jean-François Régnier m’a contacté pour me proposer de m’offrir la suite (avec dédicace!!), j’ai tout de suite sauté sur l’occasion ! Je me souviens de la fin du tome précédent, cette fin ouverte qui laissait place à l’imagination du lecteur pour se faire sa propre idée. Mais voilà que, selon les dires de ce roman, Marion et Romain voulaient connaitre la suite. Et, bien franchement, je les en remercie puisque ce nouveau roman apporte plusieurs réponses intéressantes et surtout permet à cette histoire de connaitre un second souffle bien efficace !

L’affaire du « Hangar de Newton » a suscité beaucoup de réactions auprès de la population et huit ans plus tard, encore plusieurs n’ont pas oublié cette histoire sordide. S’en suit alors une histoire de vengeance et de justice, alors que Duncan Smith cherche à retrouver une vie normale. Mais pour se faire, la vengeance est de mise, il doit retrouver son honneur ! Il ne peut vivre caché toute sa vie… Mais si Duncan veut en finir avec tout ça, quand est-il de Forrester, cet homme machiavélique pour qui le crime est un passe-temps ? Nous le retrouvons aussi via certains chapitres et je dois avouer que ces moments sont savoureux. C’est un personnage horrible et l’auteur ne se gêne pas pour nous le décrire ainsi.

J’ai beaucoup aimé retrouver ces personnages. Et j’ai surtout beaucoup aimé le chemin que prend le récit dans ce roman pour mener à bien cette histoire. C’est l’affrontement de deux têtes fortes, deux mentalités différentes. Parce que Duncan ne peut pas oublier son passé, parce que Forrester ne peut pas s’empêcher de commettre des crimes de plus en plus terrifiants… et parce qu’un jour il va falloir que tout cela cesse. Le chasseur devient donc le chassé dans ce roman et Duncan fera tout en son pouvoir pour retrouver la trace de son tortionnaire et en finir… Peu lui importe comment ça se terminera. Il faut simplement que ça finisse.

Dans le premier roman, j’avais remarqué plusieurs coquilles vides qui, si elles ne brimaient pas la qualité du récit, pouvaient tout de même faire accrocher le lecteur sur certains passages. Ce roman-ci démontre une qualité supérieur en ce sens qu’il ne contient pratiquement pas d’erreur de ce genre. Le texte est fluide et précis, court et très bien relaté de la part de l’auteur. Le style de Jean-François Régnier est tout aussi respectable et démontre plusieurs bons atouts. La qualité en est augmenté et ça rend le tout efficace. Sans superflu, le texte va à l’essentiel et nous plonge directement au coeur de l’histoire. Et les pages tournent rapidement !

Si le premier tome se terminait sur une fin ouverte, cette suite donne alors toutes les réponses attendues et termine le récit pour enfin connaitre le fin mot de l’histoire. Roman court qui se lit facilement, on se surprend à se laisser embarquer dans cette suite avec une facilité déconcertante. Voilà un bon suspense, mais surtout, voilà une bien bonne suite !

Merci à Jean-François Régnier pour l’envoi de ce roman !

28/03/2020

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *