Auteur : Cormac McCarthy

Pages : 252

ISBN : 978-2-7578-1161-0

L’apocalypse a eu lieu. Le monde est dévasté, couvert de cendres et de cadavres. Parmi les survivants, un père et son fils errent sur une route, poussant un Caddie rempli d’objets hétéroclites. Dans la pluie, la neige et le froid, ils avancent vers les côtes du Sud, la peur au ventre: des hordes de sauvages cannibales terrorisent ce qui reste de l’humanité. Survivront-ils à leur voyage?

Note

Dans un univers post-apocalyptique, un homme et son fils tente de survivre en suivant la route vers le sud. Tout est différent, tout est gris, tout n’est que cendre… Il y a des cadavres partout, depuis longtemps décomposés. Et nous suivons cet homme et son fils qui suivent la route en espérant trouver mieux ailleurs.

L’univers qu’a créé Cormac McCarthy est relativement simple. Le roman est dépouillé à l’extrême, au point que le lecteur en vient à se demander s’il ne manque pas quelques mots pour mieux compléter le récit. Les idées sont pratiquement jetés sur le papier l’une après l’autre, un peu comme s’il s’agissait d’une simple ébauche… Et dans tout ça, l’homme reste l’homme et son fils reste le fils. Il n’y a pas de noms.

Et pourtant, malgré le fait que tout soit épuré au maximum, le texte est très clair et le sens du récit s’assimile très bien. Et surtout les émotions se font ressentir parfaitement. Soyons clair, ce n’est pas de la grande littérature. Mais le récit a été écrit avec les mots justes. Malgré la petitesse du roman, l’auteur réussir à faire ressentir tant d’émotions. En si peu de mots c’est franchement remarquable!

C’est un long chemin que cet homme et son fils doivent parcourir. La route est longue et la tension est toujours là. Chaque choix que s’impose le père aura des répercussions sur leur survie. C’est pénible, c’est douloureux… ça fait réfléchir.

Dans un univers où plus rien n’existe, dans cet endroit que la dévastation a rendu gris et morne, un homme marche avec son fils. Et j’ai suivis la route avec eux.

16/07/2015

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *