Auteur : Christian Boivin
Page : 185
ISBN : 978-2-89786-902-1

Un informaticien orphelin aspirant à une vie plus palpitante, qui ne trouve le réconfort que dans les jeux vidéo.

Une intrigante voisine aux mystérieuses sorties nocturnes.

Une bande de marginaux dirigée par un personnage controversé se faisant appeler Démon.

Un nightclub clandestin recelant un passage vers l’antichambre de l’enfer.

Note

Vous le savez maintenant, la série des contes interdits m’est littéralement tombé dans l’oeil depuis la sortie des quatre premiers romans. Ils sont tous aussi bons les uns que les autres et celui-ci ne fait clairement pas exception ! Après avoir bien aimé le premier opus du même auteur, j’avais bien hâte de voir ce que ce conte-ci me réservait.

Cette fois, Christian Boivin utilise une approche bien différente pour son deuxième conte interdit alors qu’il utilise en trame de fond le fantastique. Glauque, terrifiant et avec une surdose d’hémoglobine, voilà un conte interdit qui s’intègre très bien au style horrifique de cette série. Ce conte regorge de scènes où le sang gicle à gros bouillons et de moments où l’horreur et le sexe s’entremêlent. C’est horrible et ça dérange, ça éclabousse et ça brutalise le lecteur. Bref, c’est un conte interdit !

Outre les scènes où le sang coule à flots, c’est les frissons que le lecteur peut ressentir qui marque d’abord l’esprit. L’écriture de l’auteur est très imagée et permet à son lectorat de ressentir toute sorte de frissons. Ce genre de frissons que l’on peut ressentir dans le bas ventre parfois… où carrément derrière la nuque selon les moments choisis. Ce genre de frissons qui te donnent la chair de poule et te chatouillent le long de la colonne vertébrale.

Le style littéraire choisi par Christian Boivin est très judicieux. L’utilisation de la première personne pour faire la narration du roman permet pratiquement d’isoler le personnage principal, nous montrant uniquement son point de vue. À l’instar du vilain petit canard, il se sent isolé… il est isolé. C’est donc avec ses mots que nous découvrons ce récit, alors qu’il nous raconte sa vie somme toute banale. Seulement, après une certaine rencontre sa vie changera pour toujours… Et peut-être pas pour le mieux.

C’est perturbant par moment. C’est horrifique la plupart du temps. Et dans tout ça il y a une touche d’humour noir qui vient calmer un tant soit peu les moments d’atrocités. Le sujet est un peu déstabilisant par moment, mais terriblement efficace. Exactement ce qu’on peut attendre de ce genre de lecture.

Les contes interdits détiennent une place de choix dans ma bibliothèque. Ils sont horribles par moment, certes, mais Ô combien prenant et passionnant ! Ce conte-ci ne fait pas exception et atteint facilement le même échelon que le premier conte du même auteur. Il n’y a pas de doute, Christian Boivin sait comment s’y prendre pour donner des frissons à ses lecteurs et il signe un deuxième conte interdit de brillante façon !

12/12/2018

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *