Auteur : Tom Clearlake

Pages : 470

ISBN : 978-2-9561316-5-6

Luca Ferrand est un jeune lieutenant de police prometteur.Jusqu’au jour où il commet une erreur irréparable.Six mois de mise à pied. Au matin d’une nuit d’errance dans Pigalle, il rencontre une jeune femme, Tanya. Elle lui dit être menacée et le supplie de l’aider. Ils vivent une nuit d’amour qui les marque du fer de la passion. Lorsqu’il lui dit qu’il est policier et qu’il peut l’aider, elle disparaît. Quelques jours plus tard, il apprend qu’un corps a été retrouvé.Le corps d’une jeune femme, décapité, gisant dans un container au fond d’une impasse de Pigalle. L’autopsie révèle que cette jeune femme s’adonnait à des pratiques sexuelles extrêmes et qu’elle appartenait corps et âme à ceux qui lui ont ôté la vie. Une esclave, entièrement soumise à la volonté de ses maîtres. Sur son corps, un tatouage étrange. Le même que portait Tanya. Malgré sa suspension, Luca va se lancer dans une enquête acharnée qui va peu à peu accaparer sa raison. Il va s’enfoncer dans les bas-fonds des nuits parisiennes à la recherche de Tanya. Mais les voies qu’il empruntera seront sans espoir de retour.

Note

Tréfonds de Tom Clearlake est un roman qui descends dans les abimes du mal… le Mal avec un M majuscule. Il nous relate les horreurs et les ténèbres insoupçonnables qui se retrouvent sous la ville lumière. Ce genre d’horreur qui dépasse de loin notre entendement… Le genre d’horreur qu’une société religieuse secrète sème dans le but de satisfaire ses plus bas instincts. Ce genre d’horreur où la souffrance est mise de l’avant à un point tel qu’il en vient difficile de lire certains passages, à un point tel où la mort devient une véritable délivrance.

Le vice, l’horreur, la dépravation, l’esclavage. Tout ça sur fond de religion, d’occultisme et de pouvoir. L’auteur signe ici un thriller d’horreur très bien mené dont l’écriture précise et fluide donne le goût au lecteur de toujours vouloir tourner les pages. L’enquête de nos personnages nous mènera dans un cercle concentrique qui ne semble jamais finir, où chaque profondeur recèle des horreurs inimaginables.

La noirceur du texte de Tom Clearlake donne froid dans le dos. Il écorche vif l’âme humaine pour en démontrer toute l’horreur qu’elle cache. Et chaque niveau nous montre les faiblesses de l’homme, y allant de surprises sanglantes en surprises macabres. Les scènes horribles se succèdent à un rythme effrayant, nous décrivant même jusqu’aux odeurs de charogne et de putréfaction que cache ces galléries souterraines.

Tom Clearlake nous livre ici un roman terrible, un véritable condensé de noirceur, de terreur et d’horreur pur. Ce roman n’est pas exempt de quelques erreurs de style de temps en temps. J’ai même trouvé en débutant ce récit que le début était un peu rapide et simpliste. Mais force est de constater que plus la lecture avance, plus cette histoire réussit à s’immiscer en nous, nous scotchant sur place tant certains passages sont incroyablement durs et marquants.

Faites attention et soyez toujours vigilant si vous vous promenez seul à Paris… parce que, croyez-moi, vous ne voulez pas vous retrouver dans les abimes terribles que cache les sous-sols de la ville lumière. Car alors vous ne serez délivré de toute l’horreur et la souffrance qui s’y cache que par la mort… cette mort que vous souhaiteriez bien assez vite !

Franchement, je dois garder cet auteur sous la loupe, parce que son style me plait beaucoup !

14/02/2019

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *