Auteur : David Wellington

Pages : 446

ISBN : 978-2-8112-0380-1

Tome 3 : Zombie Planet

Douze ans se sont écoulés depuis que les morts-vivants, après avoir envahi Manhattan, puis les États-Unis, se sont emparés de la quasi-totalité de la planète en dévorant ses habitants.
Une rescapée, Sarah, décide de sauver son ancien protecteur, le Somalien Ayaan, des griffes du tsarévitch, le plus puissant des maîtres zombies qui brigue la domination mondiale. Mais les humains sont de moins en moins nombreux. Les vivants ont connu l’enfer et pourtant le pire reste à venir.
Parviendront-ils à survivre sur cette planète désolée après tant d’épreuves ?

Note

Troisième et dernier tome de la trilogie de Zombie Story de David Wellington, ce roman vient conclure cette histoire de façon définitive. Le récit se passe plusieurs années plus tard, alors que les vivants tentent toujours de survivre dans ce chaos anarchique qu’est devenue leur planète.

L’horreur et l’apocalypse prend beaucoup de place dans ce tome, ce qui n’est certes pas pour déplaire aux lecteurs qui apprécient ce style. Toutefois, je me dois d’avouer que j’ai été quelque peu déçu par ce dernier roman. L’histoire en tant que telle est assez intéressante, mais force est de constater que l’auteur a voulu en faire un peu trop… du moins, à mon goût. Faire de plusieurs zombies des genres de « super-héros » possédant des pouvoirs incroyables n’est pas la meilleure idée de l’auteur. Bref, ça m’a laissé un peu perplexe…

Les personnages quant à eux, bien que très intéressant dans le premier tiers du livre, n’offrent pas beaucoup de profondeur. À plusieurs reprises, j’ai eu du mal à bien concevoir leurs réactions et leurs gestes. Les décisions prisent par certains sont même souvent contradictoire à ce qui serait logique de faire dans de tels situations.

Si le premier tome m’avait complètement emballé de par son originalité, je ne peux qu’être très déçu par ce dernier qui nous démontre beaucoup trop de super pouvoir et manque cruellement de réalisme. L’écriture de l’auteur ne démontre pas le même « mordant » que le premier tome et les frissons sont pratiquement absents. Le récit se perd souvent dans le développement des « pouvoirs » des personnages que l’auteur en oubli presque de nous divertir avec des scènes où l’horreur devrait être mise de l’avant… comme c’était le cas avec le premier tome.

La conclusion de l’histoire – au suspense pratiquement absent – ne m’a pas du tout emballé non plus. Bref, de ces trois tomes, ce dernier est réellement le moins bon. C’est dommage compte tenu que le premier volume était franchement accrocheur et surprenant. Mais l’écriture un peu plus lourde de ce dernier tome, jumelé à l’irréalité et l’improbabilité d’un tel récit, est plutôt décevant. Parfois il est préférable d’en faire un peu moins pour l’apprécier un peu plus !

30/11/2012

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *