Auteur : Terry Pratchett

Pages : 390

ISBN : 2-84172-117-5

Les Annales du Disque-monde, T14

Le royaume de Lancre au coeur des montagnes du Bélier. Si petit. Tout juste s’il ne faut pas un passeport pour s’allonger. Retour de voyage, trois soeurcières y retrouvent leurs pénates, dont l’une, Magrat, pour épouser le roi Vérence.
Les noces approchent. Tout devrait se passer comme dans un songe de nuit d’été. Si l’imprudence des uns et des autres ne risquait d’ouvrir le monde au retour des Seigneurs et Dames. Des Nobliaux. Des Lumineux…
Les elfes sont si beaux, si gueulamour. Les elfes sont cruels. Ils prennent tout. Et ils offrent la peur en échange.
Autour des trois soeurcières à la peine, une affiche exceptionnelle avec notamment : l’archichancelier Mustrum Ridculle, le bibliothécaire de l’Université (« Oook ! ») et le deuxième grand amant du monde, Giamo Casanabo.

Note

Terry Pratchett ne cessera jamais de me surprendre au tournant d’une page et c’est sans surprise que ce quatorzième volume du Disque-monde m’ait plu. Malgré un début un peu longuet, une fois le premier tiers du livre passé tout s’imbrique parfaitement pour laisser au lecteur que peu de temps de repos.

C’est avec plaisir que j’ai retrouvé Mémé Ciredutemps et ses amies sorcières dans cet autre volet de la série. Le burlesque est bien sûr bien présent – après tout, c’est la marque de commerce de l’auteur et le pourquoi je recherche ses livres – mais comme c’est souvent le cas avec Pratchett, un certain côté un peu plus approfondi est présent. Le récit fait un clin d’œil au Folklore et aux croyances du peuple tout en nous divertissant convenablement.

Cette fois, il y est question des elfes, ces êtres fantastiques, beaux, élégants et si gentils… Gentils? Vraiment? Mais pas du tout! Ici ils sont peut-être beaux et élégants, mais ils sont d’une cruauté sans borne! Ils ne vont pas jusqu’à vous tuer, non… tant que vous être amusant ils ne vous tueront pas. Ils s’amuseront avec vous…

C’est un tome riche en événements dont quiconque aime un tant soit peu les sorcières de Pratchett se régaleront. Certains passages sont carrément loufoques tout en étant d’un tel réalisme – la réalité du Disque-monde il va sans dire. Les descriptions ne sont pas longues et encombrantes et néanmoins il nous est possible de parfaitement bien imaginer les scènes dans notre tête. Je l’ai dit à plusieurs reprises, et je le redis encore, Terry Pratchett à une façon bien à lui de nous transmettre ses idées et il réussit facilement à nous faire lire ce livre tout en se l’imaginant avec des scènes de films dans la tête! Il a sa façon bien à lui de décrire les situations – surtout lors des dialogues – avec une clarté incroyablement précises.

Ah! Je ne me tanne pas de ce Disque-monde..!

02/03/2015

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *