Auteur : Jean-François Regnier

Pages : 177

ISBN : 979-10-262-1958-3

Ma Bête, c’est ainsi que Weston Forrester surnomme Duncan Smith qu’il capture à Boston, sur le parking d’une station-service.
Le ravisseur veut faire de sa victime le meurtrier qu’il n’a pas le courage de devenir.
Weston Forrester a tous les atouts pour mener le jeu et faire de Duncan Smith un criminel.
La rencontre de ces deux hommes, dans un face à face tendu, va les amener à se découvrir aux limites de leurs forces et de leurs valeurs respectives.

Note

Voilà le petit roman Ma Bête de Jean-François Regnier, auteur qui m’a contacté en privé pour m’offrir son livre en échange d’un avis sur mon blog. C’est un auteur que je ne connaissais pas et c’est la première fois qu’un de ses romans se retrouve entre mes mains. Le synopsis m’a immédiatement rejoint, me donnant envie de lire cette histoire. J’ai donc fait ni un ni deux et j’ai tout de suite accepté son offre !

Le récit commence rapidement alors qu’un ravisseur capture un homme pour en faire Sa Bête. Débute alors une incarcération surprenante dont le but est des plus étrange. C’est un petit roman qui n’atteint même pas les 200 pages et pourtant le récit qu’il renferme est des plus étonnant. Si tout d’abord le texte nous semble insolite, il se transforme vite en mystère et en fascination. Comment un homme peut-il agir ainsi ? Qu’attend-t-il exactement de Sa Bête ?

Les chapitres sont courts et passent habillement du point de vue du ravisseur au point de vue du prisonnier, nous donnant ainsi un ensemble complet de l’histoire et nous immergeant facilement dans la tête de chacun. On y connait alors les sentiments du ravisseur tout comme ceux du prisonnier et on s’attache à eux, même si à priori c’est un peu plus difficile de comprendre le méchant homme. Et pourtant, malgré tout, on s’y attache d’une certaine façon.

Il y a bien quelques coquilles vides dans le texte, quelques erreurs ici et là (souvent un mot manquant), et pourtant ces fautes ne compromettent en rien la qualité du récit. L’auteur démontre un style littéraire très respectable et réussit très bien à faire ressentir l’angoisse au lecteur. C’est un roman de bien peu de pages qui renferme toutefois une histoire renversante. J’ai beaucoup aimé !

Merci à Jean-François Regnier pour cet envoie !

10/11/2018

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *