Auteur : Patricia Windsor

Pages : 236

ISBN : 2-7625-7459-5

Collection Frissons (#36)

Lorsque Nellie disparaît, Rose commence à faire d’étranges rêves. Elle rêve que Nellie lui rend visite. Cependant, Nellie n’est plus tout à fait la même: elle est morte.

Puis, le corps de Nellie est retrouvé et une autre fille est portée disparue.

Rose aimerait pouvoir oublier le meurtre de Nellie. Après tout, Noël approche à grands pas. Mais les morts, eux, ne dorment jamais. Et lorsque Rose ferme les yeux, le soir, Nellie est là qui attend…

Note

Je n’ai pas beaucoup lu dans ma jeunesse. Je n’aimais pas la lecture du tout. Je me souviens avoir toujours été attiré par les livres parce que je les trouvais intéressants et beaux. Et je me souviens de cette collection Frissons que tout le monde lisait à mon école… C’était les romans d’horreurs à la mode. Mais je n’étais pas du tout intéressé à en lire un.

Un Noël sanglant est donc le premier de cette série qui se retrouve entre mes mains. Je ne peux pas dire que cette collection me ramène des souvenirs de lectures de jeunesses… mais je peux toutefois dire que je me souviens très bien ce celui-ci que mon ami avait lu pendant que moi je me battais avec une B.D. quelconque. Peut-être que si j’avais décidé de foncer et d’essayer un roman de cette série, j’aurais commencé à m’intéresser à la lecture plus tôt. Parce que je suis agréablement surpris par ce petit roman ! Rien d’exceptionnel, rien de nouveau… et pourtant j’ai aimé.

C’est un roman jeunesse horrifique qui possède plusieurs atouts intéressants. Le texte est fluide et l’histoire est simple à suivre. Ça se tient et ça accroche le lecteur assez facilement. Nous avons là de bonnes bases pour permettre aux jeunes lecteurs de s’initier à ce genre, parfois tout en douceur et parfois avec une certaine brutalité. Simple et clair, le récit est juste assez peaufiné pour rendre sa lecture agréable avec juste ce qu’il faut de frissons pour pimenter l’histoire et faire mousser son intérêt.

J’ai commencé ce roman parce que fiston voulait que je lise une histoire qui se passe à Noël et que c’était le seul de ma PàL qui correspondait à sa demande. Je l’ai commencé en me disant qu’un roman jeunesse horrifique serait vite lu et vite oublié. Oui, bon… peut-être que je ne me souviendrai pas de cette histoire très longtemps, mais le sentiment de « Retro » que ce roman m’a fait vivre vaut le fait que si je trouve d’autres romans de cette collection, je les achèterai fort probablement. La nostalgie, ça aussi c’est bien !

Et qui sait, ça sera peut-être là les premiers romans horrifiques de mes fils !

22/12/2020

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *