Auteur : David Michaels

Pages : 347

ISBN : 978-2-35288-817-8

Rares sont les personnes qui connaissent son existence. Mais quand des millions de vies sont en jeu, il intervient : Sam Fisher, l’agent spécial du Troisième Echelon, une unité ultra secrète de la CIA, se charge des missions trop délicates ou trop risquées pour les agents ordinaires. Et il opère seul.

L’un des plus anciens amis de Sam Fisher est assassiné. Il a été empoisonné et on découvre des traces de radiations sur le corps. Les recherches de Fisher le mènent à un poison tellement dangereux que très peu de pays sont capables de le produire. En remontant la piste, Sam se retrouve au Kirghizistan.

Il va tenter de mettre fin aux activités d’un terroriste islamiste qui cherche à détruire le monde moderne en s’attaquant à l’un de ses piliers les plus fragiles : le pétrole.

Il opère en dehors des lois, il agit par devoir :
espionnage et action pour Sam Fisher.

Note

L’espionnage. Un tout nouveau style littéraire pour moi. Et je dois avouer que sans mon frère Stéphane, je n’aurais probablement jamais tenté une telle lecture. Il n’y a pas longtemps que je m’intéresse aux thrillers et c’est la première fois que je parcours les pages d’un roman d’espionnage. Et je dois dire que ces deux genres mélangés offrent un style franchement agréable à lire.

Le style littéraire utilisé par l’auteur n’est pas ce qu’il y a de plus travaillé et manque quelques fois de profondeur. Quant à la qualité du texte, ce n’est pas non plus du grand art. Toutefois, l’histoire en soit était assez bien menée et le lecteur prend vite plaisir à se laisser prendre au jeu pour finalement s’attacher au personnage principal avec un certain sentiment de fierté. C’est un homme surentrainé pour qui toute situation périlleuse est le bienvenu et pour qui chaque petits problèmes rencontrés au fil d’une mission peuvent être surmontés en faisant preuve d’un petit peu d’audace et en démontrant l’importance d’un entrainement aussi rigoureux.

Le côté espionnage du récit, avec toutes les tactiques et les gadgets appropriés, est très bien représenté ici. Rien de plus normal puisque – après tout – c’est le but recherché en écrivant un tel roman. On ne peut s’empêcher de se demander, tout au long de la lecture, si ce type d’espion existe vraiment et force est de constater que la réponse est probablement oui. L’auteur a le grand mérite de nous faire découvrir un univers secret du gouvernement de façon à ce que tout semble si vrai.

Rien de très exceptionnel en soit dans ce roman, mais tout de même intéressant dans son ensemble. C’est donc une histoire simple qui plaira certainement aux lecteurs qui cherchent à la fois un peu d’action et une lecture fluide et facile. Peut-être pas un style littéraire que je préconise, mais un style dont je me laisserai sûrement tenter de temps en temps… parce qu’après tout, ce roman a atteint son but premier ; à savoir passer un bon moment de lecture !

25/06/2012

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *